MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 328 DU 19 JUIN AU 30 JUILLET 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 328 DU 19 JUIN AU 30 JUILLET 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

Soutenez Utopia Palmer

APOLONIA, APOLONIA

Écrit et réalisé par Lea GLOB - documentaire Danemark / Pologne 2022 1h16mn VOSTF - avec Apolonia Sokol...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

APOLONIA, APOLONIARien n’arrête la peintre figurative Apolonia Sokol, 36 ans, surtout pas la peur de déplaire. Et rien ne pouvait interrompre, pour la réalisatrice danoise Lea Glob, cette obsession de filmer la turbulente jeune diplômée des Beaux-Arts de Paris qui devenait une amie, presque une sœur. Son documentaire addictif, Apolonia, Apolonia, dont le tournage a duré treize ans, est en forte empathie avec son personnage (son talent, l’attraction qu’elle exerce autour d’elle), tout en le regardant au fond des yeux, avec ses côtés insupportables.
Apolonia Sokol est aussi un corps, un visage d’une grande sensualité, un regard semblable à un éclair, une bouche immense, peinte avec ce rouge à lèvres dont elle dépose l’empreinte sur les enveloppes qu’elle envoie à ses amis, pour les inviter à ses expositions. Comme le dit la cinéaste dans ce journal filmé, elle ne sait pas « qui a capturé qui » dans cette histoire où elle se met elle-même en scène, en tant que jeune cinéaste affrontant la maternité dans la douleur, quand, de son côté, Apolonia Sokol clame son refus d’être mère.

Le film capte aussi la relation fusionnelle que noua la peintre avec l’artiste et activiste ukrainienne Oksana Chatchko, cofondatrice des Femen, qui s’est donné la mort en 2018. Le tournage s’est donc achevé, brutalement amputé de sa douce et tourmentée présence au monde – la fine silhouette d’Oksana Chatchko apparaît sur plusieurs toiles de Sokol, l’une d’elles la montrant avec ses deux poignets cassés et bandés, à la suite d’une action qui lui valut une arrestation musclée. C’est donc au miroir de ces trois parcours de femmes, artistes en devenir, que se joue ce récit fragmenté, intime et politique. (Clarisse Fabre, Le Monde)