Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

RENDEZ-VOUS Lundi 7 juillet à 17h30 place de la préfecture : CONSTRUISONS LA CONVERGENCE DES LUTTES
Ce que nous défendons, défendons-le pour tous! ( à l'appel du CIP Midi Pyrénées). Vous pouvez également participer à l'atelier-débat qui aura lieu à 13h30 au TNT sur le thème "Trouver et organiser des formes de convergence". On parle souvent de ce que coûte la culture. Mais "ignoti nulla cupido"...

MARDI 1er JUILLET RENDEZ-VOUS à 18h au Capitole. La lutte s'intensifie!
Ce que nous défendons, défendons le pour tous! Et puis il le faut! Décidément, le printemps devient de plus en plus festif! Ils virent l'émission de Mermet (là-bas si j'y suis),  tapent sur les chômeurs, les précaires, les intermittents. La sécurité sociale nous couvre de moins en moins, il faut ...

Lundi 16 juin, Utopia en grève aux côtés de la Coordination des Intermittents et des Précaires
Nous ne sommes ni intermittents ni précaires…  Nous sommes tous salariés et nous pourrions ne pas nous sentir concernés. Pourtant… La France est un des rares pays en Europe à conserver une belle part pour sa propre cinématographie. Les autres pays autour ont parfois plus de 80% de films américa...

Install-party à Tournefeuille samedi 28 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le Maquis expulsé ! Soutenez-les !
Les régions, les conseils généraux, l'état, les villes savent investir dans une culture tape-à-l'œil qui coûte cher à la collectivité. Le maquis c'était l'inverse. Un système de solidarité, participatif, ouvert à tous, culturel, ne nécessitant pas de subventions s'était mis en place et portait ses f...

Communiqué de la coordination des chômeurs, précaires et intermittents de Midi-Pyrénées
RECTIFICATIF : contrairement à ce qui a été annoncé dans la gazette, les Assemblées Générales de mobilisation contre la réforme de l’Assurance Chômage, ponts de mai obligent, auront lieu tous les mardis au TNT (M° Jean-Jaurès) à 10h00. Le mardi 13 mai, de 9h30 à 10h30, un point information sera ...

DES CHEVAUX ET DES HOMMES

Benedikt ERLINGSSON - Islande 2013 1h21mn VOSTF - avec Ingvar Eggert Sigurðsson, Charlotte Bøving, Helgi Björnsson, Sigridur Maria Egilsdottir, Maria Ellingsen, Juan Camillo Roman Estrada...

Du 23/07/14 au 19/08/14 à Toulouse - Du 23/07/14 au 19/08/14 à Tournefeuille

DES CHEVAUX ET DES HOMMESIl ne s'agit pas ici de n'importe quels chevaux. Ni par extension de n'importe quels hommes. Ce ne sont pas les chevaux, bien policés, qu'on rencontre dans nos haras. Les chevaux du film sont plus sauvages, plus tranchés, plus « Islandais ». Les hommes aussi. D'ailleurs dans cette langue, les deux mots se ressemblent : « Hross í oss », comme si l'un était le prolongement de l'autre. Des êtres robustes et volcaniques, bouillonnants sous une apparente froideur, comme sculptés dans le basalte de cette île accidentée, terriblement belle. La luminosité hésitante des pays nordiques sublime tant les couleurs qu'elles paraissent presque irréelles : gris anthracites, verts chatoyants… Tout donne une impression de force et de profondeur presque tragiques. C'est de cette terre que se nourrit cette fable épique et hippique, rendue imprévisible, drôle et cruelle, par une poignée d'hommes et de femmes.
Ici, la communication est à l'image du paysage, lapidaire, mais la symbiose est telle que les mots semblent un brin superflus. On s'épie, et, malgré l'éloignement de chaque foyer, on est curieux de ce qui se passe chez le voisin. Quand on n'est pas à portée d'yeux, on est à portée de jumelles. Impossible de cacher quoi que ce soit, d'ailleurs personne ne tente de le faire. Chacun détient ainsi une part d'anecdotes, de mémoire collective, telle une grande saga constituée de petits contes crus et parfois brutaux.

Celui de Kolbein par exemple, grand gaillard à l'allure stricte et élégante, aux traits rocailleux. À sa blanche jument, il parle presque comme à une femme, sans doute même plus facilement. Il lui susurre des mots doux, l'appelle « ma chérie », se montre patient et ferme jusqu'à ce qu'elle accepte d'être approchée, puis montée. Présentement il s'en va, tout endimanché, rendre visite à la femme qu'il ose à peine courtiser, la pulpeuse Solveg, avec laquelle il hennit plus qu'il ne cause. Mais toute leur sensualité passe par les regards, par les caresses qu'ils adressent à leurs montures. Évidemment on voit le scintillement des lorgnettes indiscrètes au loin, qui n'en perdent pas une miette ! Alors quand l'étalon de Solveg brise sa clôture pour venir s'accoupler avec la jument de Kolbein, faisant fi du cavalier déjà en selle… C'est la honte devant toute la communauté. Chacun ravale les larmes amères de l'humiliation et se retrouve seul face à des choix cornéliens pour laver sa fierté bafouée… Vous verrez…
Puis vient l'histoire de Vernharour, bon vivant bien imbibé, pugnace quand il est question de braver les éléments à dos de cheval, pour se procurer quelques fioles d'alcool… Puis celle de la jeune fille qui n'avait d'yeux que pour une jument rousse aux yeux bleus, puis le récit de celui qui les perdit par défi, de manière si ridicule…
Autant de fables dépeignant la nature humaine, dignes des Caractères de La Bruyère ou plus justement encore des récits picaresques et grotesques d'un Dario Fo, dans une micro-société autarcique quasi-matriarcale, comme la définit le réalisateur.

C'est un film surprenant, incomparable – au sens littéral : on ne voit pas trop à quel autre le comparer –, à la fois minéral et organique. Peuplé de chevaux singuliers, entiers, dont on peine à croire qu'ils sont de la même race tant leurs robes sont disparates. Mais il ne faut pas douter : voilà mille ans qu'ils ne se mélangent pas avec d'autres puisque depuis l'invasion de l'île par les Vikings, l'importation de chevaux est interdite en Islande. Râblés, uniques, ils sont les seuls à posséder naturellement cinq allures : le tölt et l'amble en plus des trois communes à tous les chevaux. Tellement bien filmés qu'on a l'impression d'éprouver la texture de leur crinière, de sentir leur odeur de foin mêlée à celle des steppes arides battues par le vent marin…