LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Nuit Fantastique IX (debriefing)
Avant de célébrer dignement l’an prochain la dixième édition (n’oubliez pas de nous envoyer vos idées ou vidéos pour que l’on fasse ensemble une dixième édition immémorielle), cette neuvième Nuit Fantastique fut un festin pour les sens (ci-dessous quelques photos qui en donnent un aperçu...

Berhart, L’esthétique vulgaire Lowbrow art et pop-symbolisme
Qu’est-ce que le lowbrow art ? Le Lowbrow Art est l’expression la plus récente de la Pop Culture dans l’art, opérant une synthèse surréaliste de tous les courants et les icônes qui l’ont traversé. Né à l’initiative de Robert Williams, le Lowbrow Art, plus largement appelé Pop Surréalisme, rencon...

Dimanche 10 à 10h IRRINTZINA! Le cri de la génération climat…
Un film qui donne du courage! Des luttes non violentes, galvanisantes… ça existe! Il suffit de les rejoindre pour qu'elles soient encore plus efficaces. Alors? On vous attend? Vous amenez les croissants, on prépare le café!?    http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=3410&mode=filmhtt...

SQUAT, LA VILLE EST À NOUS

Christophe COELLO - documentaire France / Espagne 2010 1h30mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SQUAT, LA VILLE EST À NOUSAllez, on va pas se raconter d’histoire, l'image que beaucoup d'entre nous ont d'un squat est le plus souvent associée à d’affreux punks à chiens alcoolisés du matin au soir et à des bâtiments inévitablement dégradés par le passage de ses habitants temporaires. D’ailleurs la confrontation des squatteurs avec des élus, même avec ceux qui se prétendent de gauche, se passe le plus souvent aussi bien que l’arrivée de Roms sur une plage de la Côte d’Azur. Pour les plus « indulgents », le squat évoque dans 99% des cas un choix de vie de toute façon très éphémère voué en quelques semaines à l’échec.

Histoire de balayer les idées reçues, le réalisateur Christophe Coello (complice de Pierre Carles et Stéphane Goxe sur Attention Danger Travail et Volem rien foutre al païs) a suivi pendant près de sept ans des garçons et des filles qui ont mené, dans la Barcelone victime de la spéculation immobilière, des occupations de bâtiments, certaines sur des durées très longues, autour du mouvement « Miles de Viviendas » (des milliers de logements). Et on découvre des gens propres et polis, soucieux du soutien de la population environnante, compréhensive parce qu’elle est elle-même victime des promoteurs et de leurs complices politiques. Ce qui relativise sacrément l’illégitimité du squat aux yeux des règles de la propriété… Mais surtout le film nous fait partir à la rencontre de citoyens qui, à travers la réflexion sur le phénomène du squat, ont un projet politique ardemment discuté lors d’assemblées parfois enflammées, posant bien des questionnements sur les écueils de la légalisation, l’adéquation avec le monde consumériste qui les entoure. Un condensé de démocratie directe. Une immersion totale dans un monde méconnu que Christophe Coello a mené avec d’autant plus d’acuité qu'il en fit partie, lui qui a un pied en terre catalane et un autre en Amérique du Sud.
Le film est important parce que, bien au-delà du phénomène squat et donc de la réappropriation des espaces de vie, les protagonistes se posent les questions que nous devrions tous nous poser, dans la mesure où nous vivons tous dans le même modèle économique et idéologique dominant : comment la civilisation capitaliste, dont l’homme n’est plus la valeur principale, a réussi à nous déposséder de nos conditions d’existence ? Pourquoi sommes-nous dépendants systématiquement d’intermédiaires du marché pour simplement trouver de quoi se nourrir, se déplacer, accéder à l’énergie, ou pire pour penser ou aimer ? Et surtout quels sont les moyens pour se réapproprier ces moyens d’existence ? Comment récupérer les savoir-faire techniques que nous avons délégués à d’autres et dont la dépendance nous rend esclaves ? Comment ne pas se conter de rejeter le modèle industriel et marchand mais créer une réelle utopie collective en action ?

Parlons donc utopie concrète grâce à ce film revigorant et lumineux ! Qui s’achève (pardon de le dévoiler, mais bon, ce n’est pas un film à suspense) sur une assemblée populaire sur la place de Catalunya à laquelle participent nos protagonistes, rappelant ainsi que le mouvement des Indignés n’est pas un mouvement né par l’opération du Saint Esprit, mais bien de la multiplicité des expériences menées durant des années, entre autres par des mouvements comme « Miles de Viviendas ».

Hey, la Mairie de Toulouse ! On aimerait comprendre… Comment se fait-il qu'en deux mois et demi, vous n'ayez pas trouvé le temps de répondre au courrier d'Émergence et de les recevoir ? Alors on préfère expulser au lieu de dialoguer ? Noyer l'Émergence dans l'œuf ? Petit squat bien sympa et convivial qui n'avait que quelques mois d'existence… (en savoir plus)