LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Lundi 31 octobre de 21h à l’aube blême à Tournefeuille, 5 films dont 1 surprise, des bandes-annonces délirantes, DJ No Breakfast pour animer les inter-séances et un buffet démoniaque préparé par le bistrot… Tarif unique : 25€ (achetez vos places à partir du 19 Octobre) COMPLET

3e NUIT FANTASTIQUE

Pour cette troisième année, on a vu les choses en grand. Les films d’abord, qu’on vous a sélectionné avec le plus grand soin, et qui peupleront votre nuit de créatures plus étranges les unes que les autres : des vampires, des trolls, des reptiles encapuchés, un homme mutant en mouche et même le diable en personne… Sans oublier le film surprise, inédit en salle, dont on présage que le mystère qu’il recèle vous hantera jusqu’à l’année prochaine… Chaque film sera d’ailleurs précédé des bandes-annonces farfelues proposées par le collectif Stéphanois Mes couilles dans ton slip. Et puis, pour vous aider à vous remettre de vos émotions entre chaque séance, DJ No Breakfast installera ses platines et sa collection de disques terrifiants dans le hall d’Utopia (qu’on vous promet méconnaissable). Mais ce n’est pas tout : cette année, vous pouvez laisser vos fourneaux au repos, c’est le bistrot qui s’occupe de tout et vous concocte un buffet démoniaque. Si ça c’est pas un programme d’enfer, brrr !
Et pour ceux qui ne pourraient pas venir, nous projetterons des séances de rattrapage toute la journée du lendemain, tandis que les spectateurs de la nuit resteront blottis sous leur couette… veinards…

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)


HEARTLESS : Philip Ridley GB 2009 1h54 VOSTF - Avec Jim Sturgess, Clémence Poesy...
Jamie Morgan (incroyable Jim Sturgess) est un jeune homme timide dont le visage est défiguré par une tâche de naissance. Son manque de confiance en lui et ses déboires amoureux le coupent du monde. Alors que la ville sombre peu à peu dans le chaos, Jamie accepte de pactiser avec le diable pour accéder a une beauté tant désirée.
De ce décor urbain de la banlieue de Londres, gangrénée par la violence, surgit le fantastique, métaphore d’une société où la peur agit comme combustible. Très proche de l’univers de Clive Baker (souvenez-vous l’an dernier de Midnight Meat Train), cette relecture du mythe de Faust fascine dès ses premières images et nous convoque dans ce purgatoire. Jusqu’où sommes nous prêts à aller pour satisfaire nos ego et combattre nos handicaps ? Bien plus qu’un thriller fantastique, c’est une romance (cauchemardesque certes) sur l’acceptation de soi. Et ces images d’un Londres en proie au chaos ne sont pas prêtes de vous quitter…


LA MOUCHE : David Cronenberg USA 1986 1h36 VOSTF - Avec Jeff Goldblum, Geena Davis…
Quand il rencontre Veronica, journaliste scientifique, Seth Brundle est un jeune biologiste brillant et associal sur le point de mettre au point une invention révolutionnaire : une machine permettant la téléportation. Ils tombent amoureux et Veronica accepte de le suivre dans ses recherches. Mais un soir, Seth décide de se téléporter lui-même, sans se rendre compte qu’une mouche s’est glissée avec lui dans la machine. Brundle se mue alors jour après jour sous les yeux horrifiés de Veronica en un monstrueux insecte…
La mouche est sans doute le film le plus connu de Cronenberg, l’apogée de son cinéma « organique », et il faut bien avouer que plus de 20 après sa sortie, il n’a pas pris une ride… À la fois film d’horreur très visuel, retranscrivant de manière efficace et dérangeante la dégénérescence physique et mentale de son personnage, le film est aussi une magnifique histoire d’amour, qui trouvera sa conclusion tragique dans la scène finale, proprement bouleversante.


TROLL HUNTER : André Ovredal Norvège 2010 1h43 VOSTF - Avec Otto Jespersen, Glenn Erland Tosterud…
Caméra au poing, un groupe d’étudiants norvégiens part à la découverte des causes liées à de mystérieuses disparitions, que l’on pourrait attribuer à d’étranges créatures. Sur leur route, ils font la rencontre d’un braconnier bourru, surnommé le « chasseur de troll », et partent à la traque des bestioles à ses côtés.
Le film navigue sur différents registres et passe avec la plus grande fluidité de l’ironie potache à des scènes de pure fascination. Ces trolls, aux noms plus farfelus les uns que les autres (le Dovregubben, le Tusselad…), terreau de la mythologie nordique, sont d’un réalisme bluffant, et l’on se plait à croire à leur existence, cachés dans les magnifiques paysages enneigés que recèle le pays. Si le documenteur a eu ses lettres de noblesse avec des films comme Projet Blair Witch, Cloverfield ou le cultissime REC, Troll Hunter n’a pourtant rien a leur envier. Singulier, à l’image des trolls eux mêmes, tantôt effrayants et tantôt risibles, entre le hors champ fantasmé et le spectaculaire plus frontal, le film sera assurément le grand bol d’air frais de la soirée.


30 JOURS DE NUIT : David Slade - USA 2006 1h45 VOSTF - Avec Josh Hartnett, Melissa George…
Barrow, Alaska, la ville la plus au Nord des États-Unis, se prépare comme chaque année à vivre un mois sans soleil. Alors que la nuit commence à tomber, des agressions inexpliquées se produisent aux quatre coins de la ville, isolant totalement ses habitants du reste du monde. Eben, le shériff de la ville, enquête et découvre peu à peu l’effroyable vérité : un gang de vampires a décidé de profiter de cette nuit interminable pour envahir la ville et l’éradiquer de tous ses habitants. Un petit groupe de survivants, menés par Eben et son ex-compagne Stella, tente alors de survivre jusqu’à l’aube…
Adapté du comic éponyme, le film de David Slade frappe d’abord par l’excellence de son idée de départ : offrir 30 jours de tranquillité à des vampires assoiffés de sang pour se repaître de leurs victimes. Mais ce n’est pas là sa seule qualité : le film est également d’une grande beauté plastique, la ville de Barrow enneigée offrant le cadre idéal et terriblement angoissant de cette lutte à mort, et les vampires, représentés ici comme une horde de bêtes sauvages, brutales et hideuses, sont impressionnants. Bref, un film glacial et original, mêlant habilement froid et effroi, et dont le suspense devrait vous tenir éveillé jusqu’à l’aube…

Et le film surprise…

Tremblez, pauvres fous, la fièvre noire nous a définitivement emportés, et sa faim est sans limites… Entendez-la, elle vous appelle, elle vous cherche, elle sent que vous aussi êtes sur le point de lui céder votre âme… Toute résistance serait vaine, toute lutte inutile, elle se nourrit de votre peur et ses crocs griffent déjà votre chair… Laissez-vous donc aller, mes agneaux, acceptez sa morbide étreinte et laissez son venin envahir votre corps… Voilà, vous rejoignez enfin notre armée des ombres… Alors rangez vos pieux et vos crucifix, pendez vos gousses d’ail à la cuisine pour votre prochaine ratatouille, enfilez votre cape, aiguisez vos canines et prévenez vos amis nécrophages : vous êtes attendus pour une nuit d’halloween aussi macabre que délirante !