Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

RENDEZ-VOUS Lundi 7 juillet à 17h30 place de la préfecture : CONSTRUISONS LA CONVERGENCE DES LUTTES
Ce que nous défendons, défendons-le pour tous! ( à l'appel du CIP Midi Pyrénées). Vous pouvez également participer à l'atelier-débat qui aura lieu à 13h30 au TNT sur le thème "Trouver et organiser des formes de convergence". On parle souvent de ce que coûte la culture. Mais "ignoti nulla cupido"...

MARDI 1er JUILLET RENDEZ-VOUS à 18h au Capitole. La lutte s'intensifie!
Ce que nous défendons, défendons le pour tous! Et puis il le faut! Décidément, le printemps devient de plus en plus festif! Ils virent l'émission de Mermet (là-bas si j'y suis),  tapent sur les chômeurs, les précaires, les intermittents. La sécurité sociale nous couvre de moins en moins, il faut ...

Lundi 16 juin, Utopia en grève aux côtés de la Coordination des Intermittents et des Précaires
Nous ne sommes ni intermittents ni précaires…  Nous sommes tous salariés et nous pourrions ne pas nous sentir concernés. Pourtant… La France est un des rares pays en Europe à conserver une belle part pour sa propre cinématographie. Les autres pays autour ont parfois plus de 80% de films américa...

Install-party à Tournefeuille samedi 28 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le Maquis expulsé ! Soutenez-les !
Les régions, les conseils généraux, l'état, les villes savent investir dans une culture tape-à-l'œil qui coûte cher à la collectivité. Le maquis c'était l'inverse. Un système de solidarité, participatif, ouvert à tous, culturel, ne nécessitant pas de subventions s'était mis en place et portait ses f...

Communiqué de la coordination des chômeurs, précaires et intermittents de Midi-Pyrénées
RECTIFICATIF : contrairement à ce qui a été annoncé dans la gazette, les Assemblées Générales de mobilisation contre la réforme de l’Assurance Chômage, ponts de mai obligent, auront lieu tous les mardis au TNT (M° Jean-Jaurès) à 10h00. Le mardi 13 mai, de 9h30 à 10h30, un point information sera ...


Le 4 décembre en Vidéo en Poche
http://www.videoenpoche.info

LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE

Gilles BALBASTRE et Yannick KERGOAT - documentaire France 2011 1h44mn - Scénario de Serge Halimi, Pierre Rimbert, Renaud Lambert, Gilles Balbastre et Yannick Kergoat.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDEEn 1997, Serge Halimi (aujourd’hui directeur du Monde Diplomatique) publiait Les Nouveaux chiens de garde, un pavé dans la mare journalistique qui épinglait la collusion des journalistes les plus en vue et des politiques, dénonçait la concentration des médias aux mains de quelques grands groupes financiaro-industriels, montrait la tyrannie d’une idéologie unique véhiculée par quelques experts auto-proclamés. Le livre fut réactualisée en 2005, après la mascarade du traitement médiatique du référendum européen.
Et voilà que déboule désormais le formidable film adapté du livre. Un film salutaire, informatif et pédagogique, qui a en plus le bon goût d'être très drôle et rondement mené, abordant successivement plusieurs thèmes avec un brio revigorant. D’abord la servilité des personnalités des médias devant les pouvoirs en place : on est hilare devant l’obséquiosité d’un Laurent Joffrin (ancien rédacteur en chef de Libé et désormais du Nouvel Observateur) interviewant le président de la République ; sont aussi pointées les connexions entre le pouvoir et les grands groupes de presse : Lagardère, Bolloré, Bouygues… Séquence surnaturelle que celle de Michel Drucker, employé d’Arnaud Lagardère sur Europe 1, invitant sur le plateau de son émission de la télévision du service public Jean Pierre Elkabbach, grand ponte d’Europe 1 qui invite lui-même leur patron commun Arnaud Lagardère pour lui passer la brosse à reluire…

Autre partie éclairante, celle où l’on découvre à quel point les animateurs radio et télé et autres journalistes ont des liens étroits avec les grands groupes industriels ou financiers. Notamment à travers les « ménages », ces petites missions publicitaires qu’ils assurent pour arrondir leurs fins de mois déjà pas trop difficiles : Michel Field, l’ancien rebelle de mai 68, qui tourne des clips de promotion ridicules du groupe Casino, ou encore Isabelle Giordano, défenseur du consommateur sur la radio publique, qui, après avoir animé des réunions pour Sofinco, reçoit dans son émission de France Inter le responsable de la communication de… Sofinco…
Autre grosse tranche de rigolade rageuse : celle sur les experts, avec une séquence de montage éclairante, qui montre à quel point ce sont toujours les mêmes qui sont les invités des plateaux télé, avec les mêmes discours en faveur d’une économie ultralibérale. Le roi de la poilade, c’est, six mois avant la grande crise de l’automne 2008, l’insubmersible Alain Minc qui, malgré tous les signaux d’alerte rouge que seul un daltonien pouvait ignorer, prédit que le système va s’auto-réguler, comme toujours ! Et malgré ça, lui et ses collègues continuent de hanter les plateaux de télé en pleine crise, alors que les économistes Jean Gadrey ou Frédéric Lordon, qui avaient eux pressenti le krach, sont ignorés par les médias. Deux oubliés parmi plein d'autres…

Sont également abordés la hiérarchie de l’information, souvent dominée par le fait divers (qui fait diversion, comme dirait Bourdieu), et le mépris des médias pour les classes populaires, qui nous saute à la figure dans la séquence où David Pujadas, présentateur du journal de France 2, demande à Xavier Mathieu, le leader de la lutte des Contis, de s’excuser des dégradations commises lors d’une manifestation… Il y a plein d'autres moments forts dans ce film foisonnant, qui montrent que trop de journalistes, loin d'être indépendants, loin d'être libres, sont bien les fidèles chiens de garde d'un pouvoir politique et financier dont ils sont trop contents d'accepter quelques croquettes…