LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Dimanche 25 Mars à 10h à Tournefeuille, petit déjeuner : projection unique suivie d'une rencontre avec Camille Mauduech, réalisatrice, et (sous réserve) Myriam Cottias, historienne, chercheuse au CNRS spécialisée dans la question de l'esclavage, directrice du CIRESC (Centre international de recherches sur les esclavages, acteurs, systèmes, représentations).

LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS, l'affaire de l'OJAM

Camille Mauduech - documentaire France 2011 2h08mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS, l'affaire de l'OJAMAnnées 60. La Martinique, ancienne colonie devenue département français d’outremer en 1946, s’enlise dans un « indéfectible attachement à la France » alors que le grand souffle des luttes d’indépendances s’étend à travers le monde. La guerre d’Algérie portée sur le territoire français contraint de se positionner, de s’engager. Au petit matin du 23 décembre 1962, une affiche portant en lettre capitales le slogan LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS, apparaît sur tous les murs des bâtiments publics, écoles, commissariats, mairies, églises en tout point de la Martinique. Le signataire, l’OJAM, Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique, affiche ainsi sa volonté nationaliste : pilotée par des étudiants et des personnalités intellectuelles de la diaspora antillaise à Paris, cette organisation de jeunes gens prépare la lutte de libération nationale avec le soutien logistique du FLN, fraîchement victorieux en Algérie. En effet, L’OJAM n’est pas un événement isolé centré sur la Martinique. C’est une conjonction entre des étudiants antillais à Paris dans les années 60, impliqués dans le conflit algérien, des groupes révolutionnaires en Martinique issus de la rébellion contre les CRS de décembre 1959, et des figures médiatiques impliquées dans le conflit algérien en Algérie tels que Frantz Fanon, ambassadeur du FLN au Ghana, et Marcel Manville, avocat martiniquais du barreau de Paris, membre du collectif d’avocats du FLN. En février 1963, dix-huit jeunes « ojamistes » martiniquais, dont cinq membres du Parti Communiste Martiniquais, sont inculpés pour complot et atteinte à l’intégrité du territoire national.

Le film de Camille Mauduech, déjà réalisatrice du documentaire Les 16 de Basse-Pointe, est bâti essentiellement autour d’une colonne vertébrale tenue par les récits des témoins directs, ojamistes emprisonnés, membres du FAGA et de l’AGEM, qui s’inscrivent, au fil de leurs témoignages, comme les narrateurs du film. Peu à peu, les récits s’enchaînent et restituent la trame chronologique des évènements de l’histoire et sa « face cachée ».

À voir aussi en Vidéo en Poche, quatre films présentés dans les éditions précédentes des Rencontres Cine Latino : LA NANA, de Sébastian Silva (réalisateur des Vieux Chats présenté cette année durant les rencontres) ; LES TOILETTES DU PAPE (également programmé à Tournefeuille du 23 au 27 mars) ; MUNDO GRUA, prix de la critique à Venise en 2000, premier film bouleversant de Pablo Trapero, un habitué des Rencontres ; FAUSTA la teta asustada, Ours d’Or à Berlin en 2009. Plus d’infos sur les films sur www.videoenpoche.info. Venez au ciné avec votre clé USB et repartez avec les trois films pour 15€ et sans DRM ! (ou 5€ chacun).