LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



LES TOILETTES DU PAPE

(EL BANO DEL PAPA) Écrit et réalisé par Cesare CHARLONE et Enrique FERNANDEZ - Uruguay 2007 1h38mn VOSTF - avec des acteurs professionnels: Cesar Troncoso, Virginia Mendez… et des acteurs non professionnels...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES TOILETTES DU PAPE« Travailler plus pour gagner plus » qu’il disait ! Mais voilà, dans la petite ville frontalière de Melo, le travail ne court pas les rues. Alors on pédale ! On pédale toujours plus pour que le truand local gagne plus… Parce que les seuls patrons qui embauchent dans le coin, ce sont les revendeurs de produits de contrebande. Alors Beto, qui a la chance d’avoir un vélo et de bons mollets, ne cesse de faire la navette entre son Uruguay natal et le Brésil tout a côté. Le vélo chargé à bloc,il essaie d’échapper aux douaniers dans un jeu de course poursuite digne d’une partie de « gendarmes et voleurs ». C’est pas que la vie soit triste, on fait aller et on se paye de belles parties de rigolade avec les copains, les voisins qui galèrent de la même manière. Seulement Beto aimerait se sentir plus honnête dans ses pompes, pouvoir offrir à sa fille Silvia les études dont elle rêve et qu’elle puisse le regarder avec fierté. Or il n’y a rien de reluisant dans cette vie qui ne vous permet même pas de récolter le fruit de votre peine. Tous savent qu’ils ont peu de chances de s’extraire de leur condition. Pourtant chacun en rêve… Oh ! paspour devenir franchement riche : juste pour vivre à l’aise, sans ressentir le manque, le besoin quotidien…

C’est alors que l’inespéré se profile dans les cieux : mieux encore qu’une loterie nationale… Une véritable manne miraculeuse qui leur arrive tout cru en papamobile bien astiquée ! Mille neuf cent quatre vingt huit ans après la naissance de Jésus Christ, le Pape, en personne, a décidé de faire escale à Melo, entraînant probablement dans son sillage des milliers d’ouailles en quête de la bénédiction divine! Un débarquement programmé d’au moins 50 000 fidèles brebis à tondre un petit peu… Aucune raison que les vieilles recettes des marchands du temple, éprouvées au Vatican, ne fonctionnent pas ici ! Et voilà nos braves habitants partis à rêver. Il faut et il suffit d’agir vite, de trouver la bonne idée : la babiole, le souvenir à vendre pour se transformer en vrai gagneur ! Chacun se creuse donc les méninges, décide de miser le peu qu’il a pour mettre en oeuvre son idée, car, pour sûr, même dans les quartiers les plus miséreux, ils connaissent tous bien la chanson : il faut savoir investir pour gagner plus. Et chacun de s’activer, de trimer comme de pauvres esclaves pour ne pas laisser passer sa chance, le succès enfin accessible, à portée de main. Et d’acheter des montagnes de saucisses, et d’acheter des torrents de boissons à revendre… Car viendra le moment où ces bons chrétiens auront besoin de remplir leur panse, puis le besoin tout naturel de la vider, pense Beto… Et la voilà son idée de génie rien qu’à lui : il va construire des toilettes grand luxe qu’il pourra louer aux fidèles afin qu’ils se soulagent à leur aise… Il va se faire des coucougnettes en or avec celles des bons croyants : un trait de génie, vous-dis-je ! Et voilà notre homme parti à pédaler de plus belle, à piquer les économies de sa belle pour construire les plus belles chiottes que son quartier aura jamais vu !

Sous la bure burlesque dans laquelle se drape ce film, les réalisateurs dressent le tableau précis et peu glorieux d’un pays, d’un continent, d’une époque dure aux pauvres, lesquels ne savent plus trop à quel saint se vouer pour survivre un peu mieux, ou un peu moins mal. Le constat est terrible mais le ton ne s’apitoie jamais et dégage même une énergie communicative.

Et, bande de veinards, Les toilettes du Pape est aussi disponible en Vidéo en Poche ! Ainsi que trois autres films présentés dans les éditions précédentes des Rencontres Cine Latino : LA NANA, de Sébastian Silva (réalisateur des Vieux Chats présenté cette année durant les rencontres) ; MUNDO GRUA, prix de la critique à Venise en 2000, premier film bouleversant de Pablo Trapero, un habitué des Rencontres ; FAUSTA la teta asustada, Ours d’Or à Berlin en 2009. Plus d’infos sur les films sur www.videoenpoche.info. Venez au ciné avec votre clé USB et repartez avec les trois films pour 15€ et sans DRM ! (ou 5€ chacun).