LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



LES VIEUX CHATS

(Gatos viejos) Sébastian SILVA et Pedro PEIRANO - Chili 2011 1h30mn VOSTF - avec Bélgica Castro, Catalina Saavedra, Claudia Celedon...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES VIEUX CHATSC'est un de ces appartements bourgeois encombré de meubles, de tableaux et d'objets d'art accumulés au fil du temps, sur lequel semble planer de multiples strates de vie passée. Dans ce décor qui semble figé dans une éternité tranquille, se faufile, à l'heure du loup, deux matous un peu froissés, qui s'en viennent donner une aubade très matinale devant la chambre à coucher.
Dans un lit, somnole un vieux couple qui ne semble pas pressé de répondre à cette envie pressante de croquettes. C'est ainsi pense-t-on que se savoure une retraite bien méritée. Même si l'oeil entrouvert d'Isadora, la tendre épouse d'Enrique, laisse tout à coup pointer un brin d'inquiétude, voire d'angoisse, comme s'il anticipait une calamité, en l'occurrence un appel téléphonique de leur fille Rosario.

Un sacré numéro, la Rosario, dont les visites intéressées et vibrionnantes ne sont guère du goût de nos ancêtres, pas plus que de celui des deux matous qui se voient perturbés dans leurs habitudes (la chère enfant est allergique aux poils de chat). Jusqu'à l'ascenseur lui-même qui, au diapason de la maisonnée, semble se refuser à tout service et choisit de tomber en panne à l'approche de la furie. Et de fait la voici, de retour d'un périple au Pérou, qui annonce sa visite prochaine avec son copain Hugo, une fière à bras qui répond en réalité, pour l'état civil, au doux nom de Beatriz.
Le temps pour le vieux couple d'esquisser une vaine parade, pour tenter d'échapper au pire, et voici Rosario qui débarque, les bras chargés de photos de son séjour, et d'un vaste échantillon de savons aux plantes médicinales dont elle entend faire petit commerce au Chili. Mais sous la logorrhée, après un bourre-pif à la cocaïne dans les chiottes pour se donner du courage, perce alors une arrière pensée, dont elle va accabler les deux vieillards : tenter par ruse ou par force de faire signer à sa mère la vente de son appartement. Une démarche qui trouve sa justification dans le souci que se fait une fille aimante pour « l'avenir » : le quartier est de plus en plus dangereux, habiter au 8e étage avec un ascenseur souvent en panne n'est pas raisonnable, mais plus encore, voir des abeilles à dimension humaine s'agiter en face dans le parc est sans doute le signe qu'il vaudrait mieux habiter en rez de chaussée…

D'abandons en résistances, la vieille dame n'est pas dupe et même si sa tête n'est plus trop solide, elle sait lui envoyer quand même dans les gencives « tu es ridicule à force d'être aussi transparente ». « Familles, je vous hais » lançait Gide dans un bon jour. Faut-il l'avouer, on prend d'autant plus de plaisir à cet affrontement mère-fille que l'on recommence, hélas, à trouver aujourd'hui certaines vertus à ce nid de serpents à sonnette qu'est la famille. Mais au-delà même de cet amour/haine, on ne peut s'empêcher de compter les points en pensant aux vieux chats qui viennent miauler le matin aux portes de la chambre pour obtenir leur ration de croquettes. Pour eux, ce serait la piqûre, aussi sûrement que ce serait la mort pour leurs maîtres. Et à ce titre, on croise les doigts pour eux…

PS : rappelez-vous, Sebastian Silva et Pedro Peirano nous avaient déjà donné en 2009 le savoureux La Nana, aujourd'hui disponible en Vidéo en Poche.

À voir aussi en Vidéo en Poche, quatre films présentés dans les éditions précédentes des Rencontres Cine Latino : LA NANA, de Sébastian Silva (réalisateur des Vieux Chats) ; LES TOILETTES DU PAPE (également programmé à Tournefeuille du 23 au 27 mars) ; MUNDO GRUA, prix de la critique à Venise en 2000, premier film bouleversant de Pablo Trapero, un habitué des Rencontres ; FAUSTA la teta asustada, Ours d’Or à Berlin en 2009. Plus d’infos sur les films sur www.videoenpoche.info. Venez au ciné avec votre clé USB et repartez avec les trois films pour 15€ et sans DRM ! (ou 5€ chacun).