LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



LA DEMORA

Rodrigo PLA - Mexico Uruguay 2011 1h25mn VOSTF - avec Roxana Blanco, Carlos Vallarino...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA DEMORARécemment présenté au Festival de Berlin, où Rodrigo Pla est un habitué avec La zona en 2007 ou au Festival de Cannes avec Desierto adentro en 2010, il aborde cette fois un registre plus intime, plus personnel et d'autant plus touchant qu'il est dédié à son père..
Maria, une fille dans la quarantaine, est ouvrière dans le textile. Avec son pauvre salaire, elle entretient ses trois enfants en âges scolaires et Agustin, son père sénile, bel homme attachent incarné à merveille par Carlos Vallarino. Ils vivent tous entassés dans un petit appartement, et parfois les conditions d'épuisement vont créer des situations oppressantes dans lesquelles notre héroïne n'aura pas de recul… Un beau jour, elle propose à son père de s'installer dans une maison de retraite où l'on s'occupera parfaitement de lui : C'est décidé, on va lui trouver un lieu… Sauf que comme tout le monde le sait, ce n'est pas aussi simple et comme on peut l'imaginer, ils ne réunissent pas les conditions requises pour intégrer une maison de retraite où les places sont maigres… Maria fait sans résultat le tour de sa famille en quête de soutien financier ou de partage de la charge, et on parcours avec eux les quartiers de ce Montevideo dépourvu de richesses, où Maria commence à marcher beaucoup plus vite que son père. Ce rythme nerveux qui va lui impulser un acte spontané. Lorsque son père, essoufflé, lui demande un répit, elle lui dit de l'attendre assis sur un banc juste le temps d'aller lui chercher de l'eau… Elle ne reviendra pas… Et tout ce temps là, Agustin demeurera sur un banc public d'une banlieue inconnue jusqu'à ce que la nuit et la température tombent… C'est cette attente qui donnera au film sa raison d'exister… Et l'histoire commence alors vraiment… La curiosité que réveille ce vieil homme est de la teneur de la lumière lorsque l'on sort de l'obscurité.
C'est sur le ton d'un conte noir qui essaie de remplacer la cruauté de la vie par un brin de lucidité, qu'on aborde la vieillesse, la perte de nos capacités à gérer le quotidien, la lucidité qui joue des tours, la conscience de la notion du temps, entre la vie et la mort, sans peur, sans concessions.

À voir aussi en Vidéo en Poche, quatre films présentés dans les éditions précédentes des Rencontres Cine Latino : LA NANA, de Sébastian Silva (réalisateur des Vieux Chats présenté cette année durant les rencontres) ; LES TOILETTES DU PAPE (également programmé à Tournefeuille du 23 au 27 mars) ; MUNDO GRUA, prix de la critique à Venise en 2000, premier film bouleversant de Pablo Trapero, un habitué des Rencontres ; FAUSTA la teta asustada, Ours d’Or à Berlin en 2009. Plus d’infos sur les films sur www.videoenpoche.info. Venez au ciné avec votre clé USB et repartez avec les trois films pour 15€ et sans DRM ! (ou 5€ chacun).