LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



MORENTE, FLAMENCO Y PICASSO

Emilio R. BARRACHINA - documentaire Espagne 2011 1h30mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MORENTE, FLAMENCO Y PICASSOLe titre dit bien ce qu'est le film. Un portrait impressionniste d'Enrique Morente, l'une des figures majeures de la musique flamenco, dont la notoriété a depuis longtemps dépassé les frontières de l'Espagne. Enrique Morente qui incarna ce que le flamenco a de plus pur, de plus intense, de plus ancré dans la culture espagnole et qui dans le même temps a su prendre des risques, inventer, renouveler le cante flamenco. Enrique Morente qui a d'abord adapté l'œuvre de Federico Garcia Lorca avec son disque Omega, et qui s'est ensuite emparé des poèmes trop peu connus de Pablo Picasso. Tout est là : Morente, flamenco y Picasso…

Le point du départ du film est la rencontre de Morente avec Eugenio Arias Herranz, qui fut le coiffeur et partant de là l'ami et le confident du peintre. Exilés tous les deux après la guerre civile, ils se sont connus à Valauris en 1946 et sont devenus très proches à partir de 1948. Toute personne qui voulait rencontrer Picasso devait passer par le salon d'Eugenio : il filtrait les visites, éconduisait les indésirables. Et pendant 26 ans, Eugenio a amassé les cadeaux de l'artiste, toiles et céramiques qui se trouvent aujourd'hui au musée Picasso de Buitrago de Lozoya.
Morente rencontre donc le coiffeur et avec eux, nous parcourons les principales villes, les différents lieux où le génie du cubisme réalisa son œuvre. Et au fil du trajet, nous découvrons les chansons qu'a composées Morente à partir des poèmes du peintre. « C'est certain », dit Morente, « il aurait été plus facile de chanter l'annuaire du téléphone. Picasso écrit très librement, ce qui me plait bien entendu, mais il ne connaît ni points, ni virgules ni tirets, rien de rien. C'était difficile de mettre en musique des poèmes aussi surréalistes ».

C'est à une douce déambulation que nous sommes conviés, entre musique, peinture et poésie. En compagnie de musiciens passionnés, à commencer par les quatre enfants d'Enrique Morente, mais aussi quelques autres pointures comme le pianiste de jazz Federico Lechner. Et puis il y a bien sûr les extraits de concerts – avec un regard sur les préparatifs, les répétitions, tout ce qui fait la vie d'un spectacle – donnés par Morente et son orchestre pendant l'été 2010, en particulier celui du Liceo de Barcelone, extraits magnifiquement captés en direct, superbement éclairés, et qui s'intègrent parfaitement au libre parcours du film.
Enrique Morente est mort le 13 Décembre 2010, très peu de temps après le tournage du film. Autant dire qu'on ne saurait imaginer plus bel hommage que ce beau documentaire.