LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



COMPLET ! Mercredi 31 octobre de 21h à l’aube blême à Tournefeuille, 5 films dont 1 surprise, des courts-métrages délirants, intermèdes musicaux par DJ No Breakfast et un buffet d’enfer concocté par le bistrot… Tarif unique : 25€ (achetez vos places à partir du 20 octobre).

4e NUIT FANTASTIQUE

Spécial Immobilier ! Cabanes en rondins, manoirs victoriens ou demeures vénitiennes labyrinthiques, vous le verrez tout au long de cette terrible nuit, il semblerait que la pierre soit devenu un investissement risqué, voire même dangereux… Que vous soyez deux rednecks qui viennent de claquer leurs dernières économies pour acheter une bicoque à la campagne, un groupe de jeunes écervelés en week-end dans la cabane récemment acquise par un cousin fortuné, ou que vous soyez simplement professeur ou élève d’un pensionnat ou d’une académie de danse, le retour sur investissement risque fort de vous perturber. Même le camping n’est plus sûr…
Planchers qui craquent, fenêtres qui claquent, tueurs psychopathes, fantômes, zombies, sorcières démoniaques… méfiez-vous des recoins sombres et moites de votre nouveau logis… La maison hantée vous paraît un classique particulièrement éculé ? Que nenni ! C’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures concoctions : on vous réserve donc, dans notre lugubre demeure Tournefeuillaise (brr ! brr ! brr !), une nuit pleine de surprises, qui vous laissera tour à tour effrayés, hilares et ébahis… Alors, enfilez votre cape, aiguisez vos canines et prévenez vos amis nécrophages : vous êtes attendus pour une nuit d’halloween aussi macabre que délirante ! (avis aux Twittos pour poster vos photos et discuter des films, le hashtag officiel est #nuitfantastique)

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)


LA MAISON DES OMBRES (The awakening) - Nick Murphy GB 2011 1h46 VOSTF - avec Rebecca Hall, Dominic West, Imelda Staunton… Prix du jury à Gerardmer 2012, Inédit en salles !
Angleterre, 1921, l’écrivain et scientifique Florence Cathcart est la meilleure chasseuse de fantômes du pays. Elle est invitée par Mallory, un mutilé de la Grande Guerre, à venir à la campagne, dans le pensionnat où ce dernier enseigne, pour enquêter sur une mort mystérieuse attribuée à l’esprit maléfique d’un enfant. À l’aide d’une caméra, de pièges à fil et d’enregistreurs, Florence est persuadée de pouvoir prouver qu’il existe une explication logique derrière cette tragédie. Mais ses convictions rationnelles sont mises à rude épreuve lorsqu’une nuit, elle se retrouve confrontée à l’apparition terrifiante d’un spectre.
Le film n’est pas sans rappeler Les innocents de Jack Clayton ou Les autres de Alejandro Amenabar, tant par son thème central que par son élégance formelle. Le réalisateur mêle éléments fantastiques et enjeux psychologiques avec subtilité et maîtrise, embarquant le spectateur jusqu’à un final bouleversant. Car, entre les moments d’angoisse indispensables au genre, Nick Murphy s’intéresse aussi et surtout à ses personnages, à leurs fêlures, leurs souffrances et au sentiment de la perte. Un film profond, élégant, mélancolique et angoissant, dans la grande tradition anglaise que n’aurait pas renié Henry James.


TUCKER ET DALE FIGHTENT LE MAL - Eli Craig USA 2012 1h28 VOSTF - avec Tyler Labine, Alan Tudyk, Katrina Bowden, Jesse Moss…
Si vous étiez, comme Allison et ses amis, un groupe d’étudiants parti camper, picoler et faire la fête au bord d’un lac au fin fond de la forêt, et si, comme eux, vous aviez croisé sur votre route les visages barbus et les chemises à carreaux de Tucker et Dale, bouseux partis retaper leur maison de vacances dans le même coin, il y a fort à parier que vous aussi auriez sérieusement commencé à flipper. Et si en plus, un de vos potes s’était mis à vous raconter, à la lumière blafarde du feu de camp, le massacre d’un groupe d’étudiants dans cette même forêt vingt ans auparavant, je crois que vous auriez également commencé à fourbir vos armes, prêt à vous défendre contre une éventuelle attaque de bouseux dégénérés…
Sauf que, sur ce coup-là, la guerre entre les « hillbilies » et les « student kids » ne sera pas celle que l’on croit. Eli Craig s’amuse en effet, avec un humour décapant, à renverser les codes du genre et fait des bouseux Tucker et Dale des nounours attachants alors que les étudiants sont de plus en plus inquiétants… Mais une chose ne change pas : les morts sont nombreuses et elles sont plutôt du côté des jeunes. La manière, par contre, est radicalement différente (et nettement plus drôle) mais ça, on vous laisse le découvrir par vous-même…


SUSPIRIA - Dario Argento Italie 1977 1h35 VOSTF - avec Jessica Harper, Joan Bennet, Stefania Casini, Udo Kier, Alida Valli… Restauration numérique par Dario Argento himself !
Passons aux choses sérieuses. Si le film précédent vous a plus fait rire que frémir, ce Suspiria du maître italien Dario Argento va vous remettre sur le droit chemin du gore pur et dur et du frisson garanti, brrrr… Susy, une jeune américaine, débarque à Fribourg pour suivre des cours dans une académie de danse prestigieuse. À peine arrivée, sous une pluie torrentielle, l’atmosphère du lieu, étrange et inquiétante, surprend la jeune femme. Les jeunes danseuses vont alors êtres secouées par une série de meurtres sauvages particulièrement sanglants et d’apparitions démoniaques.
C’est avec ce film, premier volet de sa trilogie des enfers, que Dario Argento fait basculer son univers du Giallo vers le surnaturel. Et avec quelle maestria : personnages inquiétants, décors surréalistes, somptueuse photo en technicolor et, bien-sûr, indispensable musique des Goblin : tout concourt à faire de Suspiria un monument du film d’horreur. Indispensable.


Le film surprise…


LA CABANE DANS LES BOIS - Drew Goddard USA 2012 1h35 VOSTF - avec Kristen Connolly, Chris Hemsworth, Anna Hutchison, Fran Kranz…
Une blonde un peu bêtasse, un sportif pas très fute-fute non plus, un intello, une vierge effarouchée et un nerd fumeur de joints (enfin, plutôt le bong le plus coool de la terre !) vont passer le week-end dans une cabane perdue au fond des bois où ils seront les victimes d’une menace surnaturelle les décimant un à un. Ça vous dit quelque chose ? Normal, La cabane dans les bois est un incroyable hommage aux films d’horreur des années 80-90, bourré de références (Evil Dead en tête) pour mieux les contourner. Assumant pleinement son concept, pour le plus grand plaisir des amoureux du genre, le tour de force de La cabane dans les bois est de ne pas se contenter de ce niveau de lecture, cabane truquée, cabane gigogne qui pousse très loin la mise en abîme des spectateurs, acteurs et réalisateurs du genre qui devraient particulièrement se régaler lors d’un final dantesque dont on reparlera encore dans plusieurs années… Bref, le film parfait pour finir dignement cette quatrième nuit fantastique.