Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Deux séances spéciales ce week-end!
Il est vivement conseillé d'acheter vos places en avance!Dimanche 14 mai à 10h30 avec le subtil et réjouissant RARA (texte complet du film sur le site d'Utopia Avignon)!Pour faire cisrculer l'information c'est cet événemant facebook.  Et vous étiez une centaine ce samedi pour le film l'Opéra! Mer...

JE M'APPELLE
dimanche 7 mai, jour d'élection, jour de marché… Incroyable surprise sur la place de la mairie : Garniouze était-là avec son nouveau spectacle de rue. Toujours aussi populaire, politique, prenant… Seule déception: n'avoir pas su qu'il était-là et en avoir loupé une partie.  « Je m’appelle » retra...

"Sans revenu, point citoyen"
Edito gazette n°235 Stimulante n'est-il pas, cette campagne électorale ? Stimulante et surprenante, tellement il était impossible d'imaginer qu'un jour il reviendrait à la gauche l'idée pour le moins improbable de redevenir la gauche. Ben oui ! Pincez vous vieux crabe, dans un espace de plus en...

Lundi 17 décembre à 20h30 à Toulouse, en collaboration avec GREENPEACE, séance unique suivie d’une rencontre avec François Catzeflis, biologiste, directeur de recherche au CNRS. Greenpeace tiendra une permanence dans le hall du cinéma à partir de 19h30. Places disponibles à partir du samedi 8 décembre aux tarifs habituels du cinéma.

THE END OF THE LINE, l'océan en voie d'épuisement

Rupert Murray et Charles Clover - documentaire GB 2011 1h22mn - Narration : Mélanie Laurent...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE END OF THE LINE, l'océan en voie d'épuisementPendant deux ans, Rupert Murray a recueilli aux quatre coins du monde les témoignages de nombreux spécialistes, dont Roberto Mielgo, ex-pêcheur devenu militant écologiste, et Charles Clover, journaliste d'investigation au Daily Telegraph dont le livre The End of the Line, paru en 2004, a directement inspiré le réalisateur. Le constat est effarant. Depuis les débuts de la pêche industrielle, dans les années 1950, la population des océans aurait déjà chuté de près de 90%, et les crises se succèdent. Extinction imminente du thon rouge, disparition quasi totale des bancs de morue à Terre Neuve inquiètent les autorité mais, malgré les quotas de pêche de l'Union européenne, mers et océans se vident peu à peu de leurs poissons et, à ce rythme, il n'y en aura plus un seul en 2048.

La date est plus ou moins exacte évidemment, et bien des experts préfèrent parler d'une fourchette comprise entre 2040 et 2070, mais cela ne change rien à la nature, effroyable, de leurs estimations : l'humanité, à cette période, aura détruit l'océan. Les réserves de poissons seront en chute libre, les fruits de mer en voie d'extinction. Ne resteront, en quantité, que les méduses, du plancton et des vers. En cause : la surpêche mondiale menée depuis des années, qui, en plus de réduire de manière drastique la population des espèces, bouleverse profondément l'équilibre biologique marin.

Sur une idée de Charles Clover, ce documentaire à gros budget affiche un parti pris alarmiste, dans la veine d'Une vérité qui dérange, d'Al Gore […]. Cela peut agacer ou convaincre. Mais il est sûr que la réalité décrite — l'avidité criminelle de l'industrie de la pêche, l'incurie du politique, l'irresponsabilité des consommateurs — fait froid dans le dos.

(Florence Broizat, Telerama)