Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

"Sans revenu, point citoyen"
Edito gazette n°235 Stimulante n'est-il pas, cette campagne électorale ? Stimulante et surprenante, tellement il était impossible d'imaginer qu'un jour il reviendrait à la gauche l'idée pour le moins improbable de redevenir la gauche. Ben oui ! Pincez vous vieux crabe, dans un espace de plus en...

UTOPIA RECHERCHE
Suite à l'édito de la gazette 233, qui explique comment les politiques en matière d'implantation cinématographique peuvent fragiliser des petites salles indépendantes comme les nôtres, la municipalité de Colomiers refuse à nouveau de prendre notre gazette dans les lieux publics (Piscine, Pavillon Bl...

Futur Président? Que ferez-vous pour les migrants?
Le CERCLE DES VOISINS du centre de rétention de Cornebarrieu… vous invite à signer cette Lettre ouverte aux candidats à la Présidence de la République   Nous, citoyens de France et du Monde, solidaires avec les migrants, réfugiés et “sans- papiers” nous inscrivons en faux contre les politiques de...

Les Sanofi vous souhaitent une bonne santé ! Lundi 28 janvier à 20h45 à Tournefeuille, projection unique suivie d’une rencontre avec des salariés de Sanofi. Entrée libre et gratuite, participation libre pour les aider à payer les bus des prochaines manifs.

2013, Le site de recherche de SANOFI à Toulouse n’est pas encore sauvé

Documentaire réalisé par les salariés de Sanofi - France 2012 52mm

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Le 5 juillet 2012 la direction du groupe Sanofi annonçait un important plan de suppression d’emplois (au moins 1500) comportant notamment un « désengagement » de son site de recherche à Toulouse. Depuis ce jour les 600 personnes de la route d’Espagne, et d’autres sites, notamment à Montpellier, Lyon et en région parisienne, sont indignées par le comportement de leur groupe. Car Sanofi qui réalise 8,8 milliards de bénéfices en 2011 et 40 milliards les 5 dernières années a annoncé de fait vouloir sacrifier des moyens humains et matériels dédiés à des travaux dans le domaine de la santé, un domaine qui nous concerne tous. Il est stupéfiant de voir ce gros groupe ultra rentable ne pas hésiter à malmener ses équipes de recherche au risque de rendre les découvertes en interne impossibles.

Pour les chercheurs Toulousains en position de perdre leurs emplois et leurs métiers la période est rude, déstabilisante. Depuis juillet la direction n’a toujours pas annoncé ses véritables intentions pour l’avenir du site. L’annonce par le gouvernement que Sanofi à Toulouse était sauvé pour l’instant ne les a pas rassuré, car la direction a elle par contre confirmé ses intentions rapides de suppressions d’activités et d’emplois sur place, et celles d’un futur autre plan dédié à Toulouse au contenu mystérieux et qui n’annonce rien de bon. Psychologiquement ces six mois d’incertitude s’apparentent malheureusement aux méthodes employées chez France télécom.
Face aux difficultés les salariés construisent une riposte. Depuis l’annonce, chaque jeudi ils ont manifesté, se sont opposés au principe de licenciements boursiers. A l’occasion d’une manifestation fin décembre à Gentilly, siège de la filiale France, des employés ont réalisé un film qui les montre, dans une salle de réunion, face à face avec leur direction. La confrontation est brute, presque physique, la direction n’arrive pas à imposer ses habituelles méthodes de communication. Par contre les salariés ont exposé leur volonté de retrouver à Toulouse un autre quotidien : celui de la lutte contre le cancer, la tuberculose et de nombreuses autres pathologies graves, pour le bien des malades.

La diffusion de ce film sera pour les Sanofi une occasion concrète de partager leur quotidien de lutte. Ils invitent les Toulousains qui les ont soutenu, la presse, et ceux qui veulent les rencontrer à venir pour leur adresser leurs meilleurs vœux.