LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...

COMMENT J'AI DÉTESTÉ LES MATHS

Olivier PEYON - documentaire France 2013 1h43mn - avec tout un tas de matheux tous plus passionnants les uns que les autres...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

COMMENT J'AI DÉTESTÉ LES MATHSIl y avait la première de la classe. Celle qui, alors que vous arriviez déprimée au bahut, les yeux cernés, en ayant abdiqué devant le problème de maths et passé une soirée détestable, s'écriait : « Moi, l'exercice ? J'ai même pas eu à apprendre le théorème, je l'ai fait en quelques instants, les doigts dans le nez ! ». Les doigts dans le nez ! C'est dégoûtant. En attendant, pendant que vous vous lamentiez sur cette soirée fichue, elle s'était éclatée. Et en plus, elle avait pu regarder la super série télé, votre préférée, que vous aviez ratée, prisonnière de ces formules, de ces équations impénétrables. Qu'est-ce qu'elle vous agaçait, la surdouée en maths ! Tout semblait si limpide, facile et accessible pour elle, alors que vous buviez un bouillon trouble et boueux avec des mauvaises notes et des engueulades familiales à la clef ! Vous voyez ce dont je veux parler ? Oui, hein ? Sauf évidemment si c'était vous cette première ou ce premier de la classe ! Mais il y a peu de chances, on dirait bien que nous sommes des générations entières à avoir souffert et détesté les maths !

Et pourtant, prenant joyeusement le contrepied de son titre, ce chouette documentaire parle avec passion de l'amour des maths et va vous faire regretter d'être passé à côté. Passion, c'est bien le mot qui convient à ceux qui vivent les mathématiques comme nous respirons. Ces gens dont l'univers contenait déjà un sixième élément avant même que la science fiction n'ait inventé le cinquième. Durant trois ans, Olivier Peyon est allé les traquer un peu partout dans le monde, ces grands curieux insatiables. Ils expliquent l'importance de la recherche fondamentale, la nécessité de ne pas toujours vouloir être dans le productif, le lucre, de prendre le temps de rêver. L'algèbre indispensable, essentiel, aussi romantique qu'un baiser sur une plage sous un coucher de soleil… La géométrie comme la quintessence d'une poésie rare, d'une beauté fulgurante qui leur met les larmes aux yeux ou les fait frétiller de joie… Les fous ! Des fous somptueux, profondément humains, des illuminés coquets, décalés, mais tous pédagogues et accessibles, qui retranscrivent en termes simples ce vent de rébellion qui les anime, cette rage de transmettre leur savoir. Dignes héritiers de l'ère des lumières, libres penseurs, philosophes à leurs heures, dont l'art est de savoir douter. Les voilà qui décryptent leur monde qui est aussi le nôtre, nous montrent que les mathématiques sont omniprésents comme autant de petits microbes invisibles, incontournables.

C'est vertigineux ! Comment maîtriser nos ordinateurs, le moindre robot ménager, la bourse, (etc…) si on ne comprend pas les lois qui les régissent ? Ces équations qui nous échappent, c'est comme si la compréhension de ce qui nous entoure nous échappait. Démonstration profondément politique, dangereuse, puissante, subversive, libertaire, qui nous incite à voir ce nouveau monde autrement, à se le réapproprier, à se réapproprier cette connaissance fondamentale qui en gouverne une grande partie. Eux qui vivent ces choses simples, si ludiques, s'interrogent sur la manière compliquée dont elles nous ont été enseignées, nous en éloignant, nous en écœurant, nous faisant oublier qu'une recette de cuisine, c'est déjà un algorithme ! Hé ? Mais nous serions donc tous un peu mathématiciens ? Sauf ceux qui ne savent pas se faire cuire un œuf, bien sûr !