LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Mardi 19 novembre à 20h30 à Tournefeuille, séance unique suivie d'une rencontre avec Xavier Denamur et Cécile Péguin co-listière d’Antoine Maurice, candidat EELV aux municipales de Toulouse. En collaboration avec EELV (achetez vos places dès le 9 novembre).

LA RÉPUBLIQUE DE LA MALBOUFFE

Film de Jacques GOLDSTEIN sur une idée originale de Xavier DENAMUR - documentaire France 2012 1h12mn - avec Nicolas Sarkozy, Xavier Denamur, Christine Lagarde, André Daguin, Jacques Borel...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Pour ou contre la baisse de la TVA dans la restauration ? Apôtre de la tête de veau-vinaigrette, Jacques Chirac l'avait promise, re-promise et même re-re-promise, sans jamais s'y résoudre. Il aura fallu toute la patience et la force de persuasion de l'UMIH, le lobby de l'hôtellerie et de la limonade (par exemple la menace à peine voilée de voir cet électorat plutôt libéral migrer massivement vers les terres plus accueillantes du FN), pour que le Président Nicolas Sarkozy lui concède, en 2009, ce substantiel cadeau. Euh… enfin, non, pas un cadeau, puisque, juré-craché, la baisse des prix consécutive sur l'addition allait sacrément affermir le pouvoir d'achat des clients et les inciter à becqueter assis au resto-nappe-à-carreaux du coin plutôt que debout au fast-food du centre commercial – sauvant au passage moult petits entrepreneurs d'une faillite programmée. Et tenez vous bien, croix de bois, croix de fer, si elle ment, l'UMIH va en enfer : ce trou de quelques 3 milliards d'euros annuels creusé dans les caisses de l'État allait en outre permettre de revaloriser un sacré paquet de petits salaires, et même la création de centaines de milliers d'emplois pérennes dans la restauration. Du travail d'orfèvre. Comble de félicité : entériné à l'occasion d'un genre de « Grenelle » pompeusement rebaptisé « États Généraux de la Restauration », le coup de baguette magique présidentiel semblait faire l'unanimité. Fin du conte de fées.

Dans les vitrines des brasseries, ont commencé à fleurir les panneaux détaillant sur quels produits précisément et exclusivement est répercutée la baisse de la TVA. En cuisine, patronat et syndicats commencent à négocier pour de vrai les revalorisations de salaire. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Éden promis tarde à advenir. C'est là que Zorro entre en scène. Le Renard énervé a troqué son masque et son épée contre une toque et des petites lunettes – et à l'instar de Don Diego de la Vega, tout porte à croire qu'il a juré la perte de sa noble famille. Car vous l'avez deviné : notre héros, le ci-devant Xavier Denamur, est lui-même restaurateur. Et plutôt du genre pas à plaindre, qui devrait se satisfaire du cadeau fiscal, puisque taulier d'établissements classieux nichés au cœur du Marais parisien. Or Xavier Denamur est aussi un citoyen soucieux de justice sociale, de santé publique, et même de l'utilisation des deniers de l'état. Parce qu'il connaît (un bon peu) son milieu et le dessous des cartes, il énonce posément que l'opération est un solide enfumage, destiné à masquer un réel cadeau fait pas tant aux restaurateurs qu'aux groupes industriels qui contrôlent leur lobby. Que la logique qui sous-tend l'opération, loin de jouer en faveur d'une restauration traditionnelle et de qualité, n'en prend l'apparence que pour mieux asseoir l'hégémonie d'une industrie agro-alimentaire toute-puissante.

Un restaurateur vent debout contre la baisse de la TVA, qui l'eût cru ? Tenace, mordant et épais comme un demi-Michael Moore, armé d'une caméra et d'un gros culot, il part à la rencontre des politiques, des lobbyistes (aaaaaah ! Le distingué Jacques Borel…), des restaurateurs, des agriculteurs, des commerciaux. Il écoute, échange, contredit, se fait virer plus souvent qu'à son tour… Tirant sur le fil de son petit commerce, petit à petit toute la pelote y passe : de la réalité de la cuisine dite « d'assemblage » à la soit-disant inscription de la gastronomie française au patrimoine de l'UNESCO, des fourneaux à la paysannerie, il dessine un drôle d'état du commerce de la bouffe en France. Et son combat, qu'on croyait restreint au microcosme de la restauration, entre en résonance avec d'autre turbulences qui agitent notre monde devenu fou.