LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Vendredi 10 Janvier à 20h15 à Toulouse, projection unique suivie d'une rencontre avec le réalisateur Pierre Schoeller (achetez vos places dès le 1er janvier).

LES ANONYMES

(Un pienghjite micca) Pierre SCHOELLER - France 2013 2h10mn - avec Didier Ferrari, Cyril Lecomte, Jean-Philippe Ricci, Karole Rocher, Olivier Gourmet, Matthieu Amalric... Scénario de Pierre Erwan Guillaume, Pierre Schoeller et Eric Pelletier.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES ANONYMESSon film précédent nous avait laissé sur le flanc : L'Exercice de l'état, sorte de plongée en apnée dans les coulisses d'un pouvoir sous pression, qui peine à s'exercer tant les dés sont pipés et notre société écartelée entre des forces antagonistes. Aussi brillant que subtil, il venait après l'épatant Versailles avec un Guillaume Depardieu exceptionnel dans la peau d'un SDF vivant dans les bois près du Château et qui voit sa vie tourneboulée par l'arrivée d'un môme largué par sa mère… Autant dire qu'on abordait la vision du dernier né de Schoeller, Les Anonymes, avec une sacré curiosité. L'assassinat du préfet Erignac, la Corse… le sujet est exigeant, pas facile à aborder. Le résultat est emballant.
Produit par la télévision pour la télévision, ce film impressionnant a pourtant largement sa place au cinéma. Pour des questions de statut juridique, il ne nous sera pas possible de le programmer autrement que sous forme d'une séance exceptionnelle.

Janvier 1998 : le Préfet de Corse Claude Érignac dépose son épouse devant le théâtre d'Ajaccio, prêt à savourer La Symphonie inachevée de Schubert, et part garer sa voiture un peu plus loin. Quand il revient : cinq détonations, le préfet s'écroule. On connait la suite : une enquête marquée par une foultitude de rebondissements et polémiques multiples, la guerre des services de police, les gardes à vue sous tension où s'empilent dénonciations, mensonges, trahisons, aveux, rétractations, la fuite d'Yvan Colonna qui sera arrêté cinq ans plus tard… et la presse qui rebondit à chaque épisode d'un feuilleton qui ressemble à un polar révélateur des rapports particuliers et passionnels de la Corse avec l'État français…
L'affaire Erignac, après avoir fasciné les médias pendant des années, n'en finit pas d'être brûlante mais le film va bien au-delà des faits eux-mêmes : traiter à chaud l'histoire récente, tout en interrogeant le fonctionnement de notre société, de ses institutions, de ceux qui la font ou/et qui la subissent. Les questions sont multiples et restent infiniment ouvertes.

Comment réussir un film séduisant en captant l'intérêt du public le plus large, sans céder à la facilité… cela relève de la performance et tout en étant remarquablement documenté, le choix de la fiction permet à Schoeller de prendre ses distances avec certains faits, donnant plus de densité aux personnages, de force à son histoire et à sa dimension humaine. « Les silences, les regards, la dureté, les doutes et les faiblesses de chacun, souvent captés en gros plan, donnent une image juste et profonde de ce qui habite ces hommes et ces femmes pris au piège d'un idéal qui s'est fracassé sur une réalité que personne n'a su rendre, à ce jour, avec autant de précision et d'émotion » écrit Jacques Follorou dans Le Monde.
Les acteurs sont évidemment formidables, en particulier ceux qui incarnent les militants corses et qui leur donnent une force, une intensité, une profondeur qui éloignent tout jugement sommaire. On pourra être étonné, voire agacé, par la performance pour le moins extravertie de Matthieu Amalric, mais Pierre Schoeller assure qu'il restitue parfaitement la personnalité « baroque » de Georges Marion, patron de la Division Nationale Anti-Terroriste.