LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Une dizaine de séances à Tournefeuille, dont 3 en présence du réalisateur Eric Flandin : Vendredi 21/03 à 17h50, Samedi 22/03 à 14h10 & Vendredi 28/03 à 19h

L’HOMME AUX SERPENTS

Éric Flandin - documentaire France/Colombie 2013 1h24mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’HOMME AUX SERPENTSÀ ceux qui redouteraient que cet étonnant documentaire ne soit qu’écailles luisantes et langues fourchues, le grand reporter et réalisateur Éric Flandin répond : « Ce n’est pas plus un film sur les serpents que Le cauchemar de Darwin était un film sur les poissons… ». Et en effet, à travers le portrait de ce pittoresque charmeur de serpents, le film est une plongée au plus profond de la Colombie, de la richesse de ses forêts primaires à la complexité de son conflit armé.

Franz Florez est un vétérinaire et biologiste en charge de l’unique et modeste vivarium de Colombie, qui abrite une trentaine de serpents. Mais Franz Florez est surtout un fervent défenseur de la nature et de l’incroyable biodiversité de son pays. À bord d’un bus brinquebalant transformé en zoo ambulant, il parcourt inlassablement routes et chemins (quand il y en a) jusqu’au fin fond de la jungle, pour sensibiliser ses compatriotes à la défense de l’environnement. En partant d’un principe surprenant – s’il n’y avait pas de conflits en Colombie, les forêts seraient déjà exploitées par les multinationales (certaines parcelles sont déjà vendues) – Franz part à la rencontre de tous les protagonistes : paysans, citadins, indigènes, militaires, guérilleros, cultivateurs et trafiquants de coca. Et son laissez-passer, ce sont ses serpents : il suffit que Franz sorte un crotale, un boa ou un anaconda pour engager un dialogue réputé si difficile avec ceux qu’il considère comme des acteurs majeurs de la protection de la forêt.

Pour tourner ce documentaire, Éric Flandin a suivi Franz Florez pendant près de trois mois, armé d’une simple caméra. Ce dispositif minimaliste permet une réelle immersion dans cette Colombie qu’on connaît finalement peu, et permet également de conserver la spontanéité de leurs interlocuteurs. Il ressort de cette rencontre fascinante l’impression d’avoir passé une heure et demie au cœur de la jungle colombienne, et d’avoir partagé le quotidien de ses habitants : leurs difficultés et leurs craintes certes, mais aussi (et c’est bien plus rare) leurs espoirs…