LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



LES SEIGNEURS DE LA MER

(SHARKWATER) Rob Stewart - documentaire Canada 2006 1h30mn VOSTF - Pour les enfants à partir de 9 ans. LE FILM PEUT-ÊTRE VU AVEC DES ENFANTS MAIS PAS AVANT 9/10 ANS (scènes de pêches un peu violentes).

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES SEIGNEURS DE LA MERLa planète entière est actuellement ravagée par l’homme, tous les scientifiques le répètent haut et fort. Entre le réchauffement climatique, la fonte des glaces, la disparition de millions d’hectares de forêt et les nombreux dérèglements naturels qui s’opèrent partout à travers le globe, quelques hommes et femmes tentent de réagir... C’est le cas de Rob Stewart, biologiste et photographe spécialisé dans le monde sous-marin et grand amoureux des requins. Témoin de l’extinction en masse de son animal de prédilection, il trace ici le portrait angoissant d’une espèce en voie de disparition, mal-aimée et mal-traitée. Pourtant la position terminale du requin sur l’échelle de la chaîne alimentaire en fait un des grands architectes de la faune et de la flore sous marine, et à ce titre un élément sine qua non de l’équilibre des écosystèmes. A travers un documentaire choc qui n’hésite pas une seconde à aller littéralement chasser le braconnier et à prendre le parti du combat pour la survie des espèces animales, ce jeune réalisateur d’à peine 30 ans nous fait réagir et nous ouvre les yeux sur notre ignorance et notre passivité. Édifiant et passionnant Les Seigneurs de la mer a reçu de nombreux prix dans des festivals internationnaux.

Depuis l’enfance, Rob Stewart se passionne pour les requins. À tel point qu’il est devenu biologiste et photographe sous-marin afin de pouvoir nager avec eux, décrypter leur mystère et déconstruire le mythe du requin mangeur d’hommes. Ce mythe, entièrement fabriqué, entre autre par les médias, et consacré par le film de Steven Speilberg, serait selon lui responsable de l’indifférence qui entoure, un peu partout dans le monde, le massacre de la population de requins à des fins commerciales. Du Costa-Rica aux Îles Galapagos en passant par le Guatemala, Stewart et l’équipage de l’activiste des mers Paul Watson, un des fondateurs historiques de Greenpeace, tentent de dénoncer et de mettre en échec les braconniers à la solde de mafias surtout asiatiques, soutenues par des gouvernements corrompus, et qui pratiquent le Shark Finnig.
Cette activité est pratiquée surtout par les pêcheurs des pays en développement et consiste à pêcher des requins pour ne prélever que les ailerons. Des millions de requins chaque année sont ainsi capturés et les corps rejetés à la mer, le plus souvent encore vivants. Et si les Etats-Unis ainsi que l’Europe ont interdit cette pratique, de trop nombreuses dérogations existent pour enrayer durablement le processus. L’essentiel des ailerons alimente le marché chinois.
Les Chinois sont en effet particulièrement friands de la soupe aux ailerons de requins (ça les change du consommé de Tibétains), considérée comme un mets recherché, qui doit impérativement figurer au menu des fêtes. Les spécialistes estiment que chaque années, 100 millions de requins, sans distinction d’espèce, de taille ou d’âge, sont tués pour leurs ailerons. Le prix des ailerons de requins peut atteindre aujourd’hui 500 dollars le kilo au détail. CQFD.

Allez...une petite devinette pour la route : sachant que, selon les statistiques sur les causes de décès dans le monde, 100 personnes sont tués chaque année par des éléphants et /ou des tigres, que 2400 le sont par des exécutions, que la drogue fait 22000 morts annuels, que les accidents de la route totalisent 1 200 000 tués et que la malnutrition explose le compteur avec 8 000 000 de victimes, combien de personnes sont tuées par un requin ? Je vous donne un indice : en 1 an, les crocodiles ont tués autant de personnes que les requins en 100 ans. Le crocodile est protégé...