LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



LE GARÇON ET LE MONDE

(O MENINO E O MUNDO) Alê ABREU - film d'animation Brésil 2014 1h19mn - Grand Prix du Long Métrage et Prix du Public, Festival d'Annecy 2014. Pour les enfants à partir de 8 ans. Chef d'œuvre d'animation qui peut être vu par les enfants à partir de 8 ans mais aussi et sans hésiter par les adultes.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE GARÇON ET LE MONDEChef d'œuvre du film d'animation, on annonce la couleur, on persiste et on signe : Le Garçon et le monde est une merveille, tant par son graphisme magnifique et son univers sonore que par la poésie et l'émotion qu'il génère. Ce bijou brésilien restera longtemps gravé dans nos esprits, à l'instar des plus grandes réussites d'un Miyazaki ou d'un Takahata, les maîtres japonais. Autant dire qu'il s'adresse tout autant aux adultes qu'aux enfants (pas avant 8 ans).
Le dessin est limpide, minimaliste et pourtant puissamment expressif. Le petit garçon du titre a des bras et des jambes fins comme du fil à coudre, une tête ronde comme un ballon, deux traits verticaux pour les yeux, trois cheveux dressés sur son crâne et il porte une marinière rayée rouge et blanc. Un jour son père n'est plus là, parti pour on ne sait où. Alors le gamin quitte la ferme familiale et se lance à sa recherche. Et tout de suite la magie opère parce qu'à travers les yeux de l'enfant qui découvre le monde, tour à tour merveilleux puis terrifiant, les éléments ne sont qu'un tourbillon de couleurs qui parfois virent au sombre.

Au fil des images qui se métamorphosent harmonieusement, le périple emmène le garçon à travers la nature luxuriante du Brésil puis ce sont les champs de coton où souffrent les ouvriers payés à la tâche, puis les grandes entreprises textiles mécanisées où les rouleaux de tissu semblent animés d'une vie propre et enfin les villes tentaculaires sur lesquelles règnent des animaux-machines qui dominent des humains devenus gris et tous identiques.
Car derrière le récit du voyage de l'enfant, initiatique et parfois cruel, c'est en filigrane la situation économique et sociale du Brésil qui se révèle, des bribes de son histoire et de sa culture qui défilent. Une histoire marquée par la culture du coton si doux et pourtant symbole de tant de souffrances, une culture née avec l'histoire de l'esclavage. Aujourd'hui est venu le temps de l'industrialisation galopante qui se déploie sans scrupules, au détriment d'une nature pendant des siècles inviolée. Et parmi les plus belles images du film, on retiendra le combat meurtrier et magnifique entre un oiseau de paradis et un oiseau noir, évidemment emblématique des situations de conflit qui déchirent nos temps modernes.

Si cette fable politique et écologique dégage une telle force, une telle poésie, c'est qu'elle est transcendée par une animation inouïe de beauté et d'invention, qui utilise toutes les techniques artisanales, à vingt mille lieues de l'image informatisée : fusain, crayons de couleurs, pastels, papiers déchirés, inserts photos… tout ça compose une symphonie visuelle inoubliable, encore rehaussée par une bande son exceptionnelle, qui fait appel à tout ce que la musique brésilienne actuelle compte de jeunes talents, dans les styles les plus divers.