LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Avant-première mardi 24 mars à 20h30 à Tournefeuille dans le cadre du Festival Cinelatino, séance suivie d'une rencontre animée par l'association Olympe de Gouges. L'association défend, porte et met en œuvre des projets permettant de soutenir et d'accompagner des femmes en difficulté et plus spécifiquement de les aider à sortir du cycle des violences conjugales. Les équipes effectuent par ailleurs un important travail d'accompagnement de femmes avec enfants en les soutenant dans l'exercice de leur parentalité (achetez vos places à partir du 14 mars, le film est ensuite programmé à partir du 8 avril à Toulouse).

LOBA

Catherine Béchard - documentaire France 2015 1h22mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LOBALoba (louve en français) montre comment l’accouchement se pratique aujourd’hui, comment il est vécu, et comment nous mettons au monde nos enfants. À travers un road movie filmé sur quatre pays (Espagne, France, Mexique et Cuba), on découvre un mosaïque de témoignages teintés de joie, de déceptions, de doutes, de tristesse qui incite à s'interroger sur la manière de mettre au monde un bébé. Depuis la nuit des temps, les femmes observent les femmes mettre au monde, mais depuis les années 60, l’instrumentalisation du corps de la femme par le milieu médical devient une réalité pesante. Et le travail des sages femmes est menacé, sous la pression des assurances. Mais comme Fabienne Stock dit dans le film « c'est parce que les hôpitaux existent qu'on peut pratiquer l'accouchement à domicile », une chose n'en exclue pas l'autre, bien au contraire. Dans une société qui se veut de plus en plus artificielle, être enceinte est plutôt pris comme une pathologie que comme une état de santé différent. Lorsqu'on va accoucher, on est devant l'inconnu, et devant l'inconnu, la peur se réveille. Mais dans la réalité, le refoulement de l'émotion est généralisée alors qu'un apprentissage de la gestion des émotions serait plus souhaitable.

Ces questions sont cruciales de nos jours en France où les sage-femmes libérales qui pratiquent l'accouchement à domicile voient leur profession menacée. À titre symbolique, on voit les sages femmes à Cuba, être appelés infirmières obstétriques, absorbées par l'hôpital ou leur savoir-faire sera minoré.
Inscrit dans l’actualité (lutte des sage femmes, croissante médicalisation de l’accouchement et hausse du taux de césariennes dans beaucoup de pays), Loba va au delà de la thématique de la grossesse et touche aussi à la question de la liberté de disposer de son corps et plus largement d’une récupération de l’autonomie de chacun au cœur d’un sujet essentiel : mettre au monde nos enfants. Dans une déclaration, l‘OMS a reconnu les violences obstétricales subies chaque jour par des femmes en milieu hospitalier. Loba est aussi un film militant qui porte une réflexion profonde pour que chaque femme puisse choisir ce qu’elle veut vivre, dans le respect de son corps.