Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Berhart, L’esthétique vulgaire Lowbrow art et pop-symbolisme
Qu’est-ce que le lowbrow art ? Le Lowbrow Art est l’expression la plus récente de la Pop Culture dans l’art, opérant une synthèse surréaliste de tous les courants et les icônes qui l’ont traversé. Né à l’initiative de Robert Williams, le Lowbrow Art, plus largement appelé Pop Surréalisme, rencon...

Dimanche 10 à 10h IRRINTZINA! Le cri de la génération climat…
Un film qui donne du courage! Des luttes non violentes, galvanisantes… ça existe! Il suffit de les rejoindre pour qu'elles soient encore plus efficaces. Alors? On vous attend? Vous amenez les croissants, on prépare le café!?    http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=3410&mode=filmhtt...

Install-party à Tournefeuille samedi 17 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

REFUGIADO

Diego LERMAN - Argentine 2014 1h33mn VOSTF - avec Julieta Diaz, Sebastián Molinaro, Marta Lubos, Valentina Garcia Guerrero... Scénario de Diego Lerman, Maria Meira, Gustavo Cabana et Maria Eugenia Castagnino.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

REFUGIADOCette bouille toute ronde éclairée par deux grands yeux pétillants qui émergent sous une avalanche de bouclettes brunes, c'est celle de Matias, Mati de son petit nom. Tout fuse chez lui, les rires, les mots, spontanément. Sept ans ! L'âge d'être un diablotin espiègle, de ne pas être raisonnable et d'avoir l'excuse de l'innocence pour toutes les bêtises passées et à venir… L'époque où l'on peut se prendre pour Super Matias à l'heure du bain, où l'on peut se goinfrer de sucreries sans penser aux conséquences, où un simple ballon de baudruche suffit à faire pouffer de rire toute une assemblée, où l'on va guincher chez les copains pour leur anniversaire. C'est au sortir d'une de ces fêtes mémorables que tout bascule. Là où les autres mères s'empressent de venir chercher leur progéniture, de remercier les parents organisateurs, celle de Mati ne vient pas. On a beau lui laisser des messages… elle ne se manifeste pas.

Voilà l'animatrice obligée de ramener le gosse au bercail. Tout y est chamboulé. Laura, la mère de Matias, est là, gisant par terre, incapable de bouger tant elle a été rouée de coups par son compagnon. Ce que les yeux du gosse voient, sa tête ne l'assimile pas complètement, n'en mesure pas toute la portée. Heureuse insouciance de l'enfance, résilience protectrice. La dangerosité de son père, Matias ne peut pas l'intégrer. Ses parents il les aime indifféremment, inconditionnellement. Passage chez les flics… Examen clinique pour constater les coups, les meurtrissures, l'échographie pour vérifier si le bébé que Laura porte en elle est toujours bien vivant… Le premier choc passé, tout cela reste loin en filigrane dans l'inconscient de Mati… Comme une mauvaise série télévisée, une mésaventure que les super-héros traversent sans une égratignure.
Tandis que Laura fait sa déposition, poignante, digne, que ses mots peinent à sortir, l'enfant rigole, s'éclate. Et c'est comme un rayon de soleil qui redonne du courage, la force d'avancer, en vacillant au début, puis d'un pas de plus en plus assuré, déterminé. C'est ainsi que mère et fils atterrissent dans un refuge pour femmes battues. L'accueil y est solidaire et sobre. Même si cet abri temporaire a presque des allures d'une prison pour femmes piégées par leur passé, par leurs épreuves, leur absence d'autonomie financière… Et pourtant ça vit ! C'est chaleureux. Les relations sont belles. Celles des mioches entre eux, les liens qui se tissent, ce qu'ils se racontent, évoquant leurs traumatismes simplement, de manière presque légère. Mais sous les joies enfantines, c'est un monde qui s'écroule, sur lequel nul n'a de prise, dans lequel s'entrechoquent la culpabilité d'avoir mal agi, la gaité de la vie, l'amour, la violence…

Rien n'est édulcoré. Ni les sentiments qui tiraillent le gamin, qui réclame son père, pris dans le feu d'une affaire d'adultes incompréhensible, dans un conflit de loyauté. Ni les sentiments divergents, ambigus et contradictoires qui traversent Laura… Sa passion addictive pour cet homme pourrait faire qu'elle retombe sous son emprise malgré tout. C'est une lutte perpétuelle, angoissante, effrayante. Et c'est la peur au ventre ! Celle qui ne la quitte pas, celle qui nous saisit, donne au récit une tournure de thriller palpitant…
C'est l'histoire d'une impossible quête, d'un havre de paix qui n'existe pas, qui n'existe plus. Il y a quelque chose de très juste, très authentique dans le film… Des scènes magiques entre enfants. Des scènes magiques entre femmes… De la générosité vraie qui se met en route entre celles qui possèdent si peu.