TOULOUSE Borderouge et TOURNEFEUILLE

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

Tournefeuille Culture

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

Mardi 1er décembre à 20h30 à Toulouse, en partenariat avec le Centre Culturel Africain Le Mbanja, projection unique suivie de « la conférence des oiseaux », débat sur la base du chant et de la poésie slamée avec le groupe Hip Hop MovaizHaleine (achetez vos places à partir du 21 novembre).

UN SOLEIL S'EN VA

Nico « Maboga » SARDJVÉLADZÉ - Gabon/France 2015 1h - avec le groupe MovaizHaleine autour de l’œuvre de Lord Ekomy Ndong et de Maât Seigneur Lion...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN SOLEIL S'EN VACe film, réalisé autour de l'oeuvre du groupe Hip Hop MovaizHaleine originaire de Libreville au Gabon, met en scène leur engagement au quotidien pour une planète plus équitable et une humanité pacifiée. Il met en lumière deux éléments fondamentaux de la transition écologique dans laquelle la Terre est engagée : les aspects pernicieux des modes d'exploitation hérités de la période coloniale d'une part, et l'existence d'autres façons de voir le monde d'autre part, contenues et fossilisées dans les traditions.

Un soleil s’en va nous propose un détour poétique dans la forêt du symbole, de la rime, du rythme et du proverbe, pour retrouver, sous les feuilles mortes du passé, les graines d’un humanisme antique à même d’ensemencer les consciences. Embarquement sur le bateau de l’oralité, à destination du berceau spirituel de l’écologie. Une lecture artistique, mythologique et initiatique des mouvements historiques et des maux qui minent non seulement le continent africain, mais engendrent à l’échelle planétaire des désordres écologiques.

La soirée sera l’occasion d’un moment de partage pour réinventer notre avenir collectif, et s’inscrit dans le sillage de la présidence française de la COP 21 à Paris, comme un temps de réflexion sur la relation entre criminalité environnementale et écologique et atteinte aux droits de l’homme dans les pays du sud fortement marqués par le passé colonial. L’engagement de l’équipe de réalisation du film dans la question des réparations des préjudices causés par une exploitation outrancière des ressources du continent pourrait faire écho au rêve d’une Afrique « première puissance non-violente » à l’horizon 2050.