LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

Lundi 6 juin à 20h30 à Toulouse, projection unique en présence de Lucas Vernier, le réalisateur, et de Fabrice Marache, producteur et fondateur de l’Atelier Documentaire (achetez vos places à l’avance, à partir du Samedi 21 Mai).

BEHIND THE YELLOW DOOR

Lucas VERNIER - documentaire France 2015 1h23mn - avec la voix de Lou Castel et les photographies de Lutz Dille... Produit par l’Atelier Documentaire.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BEHIND THE YELLOW DOORTout a commencé durant l'adolescence du réalisateur, dans sa ville natale, Villeneuve sur Lot. Lors d'une promenade banale, Monsieur Dille, un voisin du genre farfelu, l'invite chez lui. Il sait seulement qu'il est Allemand et photographe, rien de plus… Quelques semaines plus tard, il reçoit de sa part une belle photographie en noir et blanc, parfaitement composée, montrant deux enfants en train de regarder la devanture d'une boutique de style sex-shop, affichant des photographies érotiques des années soixante. Au dos de la photo, un petit mot : « Dear Lucas, don't forget to visit the photographer behind the yellow door… » (Cher Lucas, N'oublie pas de venir visiter le photographe derrière la porte jaune).
Ce monsieur Dille, c'était Lutz Dille, un artiste foutraque, aujourd'hui décédé, qui a consacré sa vie multiple à une unique obsession : photographier les gens dans les rues du monde. Lucas Vernier n'a jamais répondu à cette invitation et il lui en est resté la forte impression d'être passé à côté de quelque chose. Et si, aujourd'hui, il partait à sa rencontre…

Cet étrange film hybride fait donc le choix de l'imaginaire pour recréer une rencontre qui n'a pas eu lieu, et ce faisant, dresse un portrait sensible et documenté de Lutz Dille, évoquant son histoire et proposant une relecture de ses photographies. Derrière ce voisin un peu original, se révèlent un humaniste déroutant et un photographe hors-norme. À la manière d'un conte, depuis le coin de rue d'une petite ville de campagne française, nous voyageons dans le monde et revisitons le xxe siècle à travers l'œuvre et l'œil rare de Lutz Dille, qui a entretenu un rapport très spécifique au réel. Lucas Vernier, le retardataire, marche sur les traces du maître, s’essayant à son tour à capter les femmes et les hommes rencontrés de par le monde, mais cette fois avec le son et le mouvement, par le cinéma.