Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La nouvelle vie d'Utopia Toulouse
C’est un passage de relais : le moment sacré où se transmet cette petite flamme dont on dit qu’elle fut dérobée à Zeus… et qui permet à ceux qui la possèdent de faire durer les plus belles histoires longtemps, longtemps…Il était une fois… C’était le 17 Décembre 1993, Utopia pr...

Rien ne se perd, tout se transforme… Les sous… et ce qu'ils deviennent
Le cinéma est un domaine un peu à part et s’iI y a des règles et jurisprudences quant aux éventuelles augmentations de loyer, il y a des critères généralement admis pour les conditions financières de cession des salles : recettes, nombre d’entrées, notoriété, état des lieux… Les vai...

« Que tout change pour que rien ne change… »
Et me voilà, en train de retourner dix fois ma plume dans mon encrier en parcourant du regard les centaines de gazettes alignées sous mon nez sur les rayons de la bibliothèque de Raphaël. Tiens, au fait, il nous manque les n° 26, 41, 42, 43, 44, 45 et 96 : ne traîneraient-ils pas dans un coin d...

La résurrection de l'American Cosmograph
Le 17 décembre 2017, l’Américan Cosmograph fêtera ses 110 ans d’existence, ce qui en fait la plus ancienne salle de Toulouse a être encore en activité, et une des plus vieilles de France (la plus vieille ?). Un élément du patrimoine, un morceau de l’histoire du cinéma et de To...

LE VOYAGE AUX PYRÉNÉES

Écrit et réalisé par Arnaud et Jean-Marie LARRIEU - France 2008 1h42mn - avec Sabine Azéma, Jean-Pierre Darrousssin, Arly Jover, Kyap Gurgon, Philippe Katerine... Festival de Cannes 2008, Quinzaine des Réalisateurs.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE VOYAGE AUX PYRÉNÉESÇa commence comme les vieilles histoires à faire peur de Mamie Lucette. L’orage gronde, le tonnerre tonne… Dans la nuit plus épaisse que jamais, le parquet craque, les boiseries grincent à moins que ce ne soient les crocs des monstres velus qui s’apprêtent à sortir des recoins les plus obscurs de nos armoires pour venir envahir nos pires cauchemars ! Breuh ! Dites : vous avez peur, là, non ? Ben, elle, oui ! Car c’est dans une de ces chambres d’hôte tristement hantée que son insouciant époux (Jean-Pierre Darroussin) l’entraîne à cette heure indue, par un temps à ne pas mettre un Yéti dehors. Aussi tétanisée qu’une petite fille à qui l’on aurait demandé d’aller chercher une poire d’angoisse au fin fond de la cave de l’ogre, la voici, notre Sabine Azéma nationale. Il faut dire que l’accueil laisse à désirer : pas le plus petit lambeau d’une maîtresse de maison à l’horizon, pas l’ombre d’une lumière. On bat le briquet, on trouve une chandelle, on tâtonne. On pense avoir trouvé la chambre retenue, on se calfeutre sous une couverture, piètre protection contre le gros méchant ours. Bienvenue dans les Pyrénées ! Terre d’accueil des touristes en goguette et des monstres en détresse (à moins que ce ne soit l’inverse !)

Le matin, sous le soleil, tout est différent. Leur hôtesse est charmante, le petit-déjeuner revigorant, le seul vrai nounours croisé dans le coin, c’est sans doute Daroussin et la seule goule goulue dévoreuse d’hommes Sabine Azéma ! Euh Pardon ! Il est grand temps de les appeler par le vrai nom de leurs personnages venus passer des vacances incognito dans l’air vivifiant des montagnes. Mais oui ! Ce sont eux ! Ce couple de comédiens mythique à la montagne comme à la ville : Monsieur Alexandre Dard et Madame Aurore Lalu ! Quel honneur, quel plaisir, quelle surprise ! « - Mais vous m’accorderez bien une petite interview pour notre quotidien : Le Pyrénéen libre ? » Bref : l’anonymat, ça ne marche pas ! « - Et vos vacances ? Pourquoi avoir choisi notre belle région pour venir les y passer ? ». Et Alexandre Dard de répondre avec le plus grand sérieux un truc du genre : « - Mon épouse souffre de crises de nymphomanie fulgurantes, j’ai pensé qu’en venant dans un coin aussi reculé cela lui épargnerait d’être soumise à trop de tentations ». Et Aurore Lalu d’envelopper notre journaleux de regards inspirés pour mieux cacher l’espièglerie de ceux qu’elle envoie en cachette à son mari… Et les neurones du scribouillard de s’agiter frénétiquement sous son crâne pour déterminer s’il a affaire au lard ou au cochon… Vous le dirai-je ? Et bien non, ce n’est pas mon rôle de vous vendre la peau de l’ours !

Que dire d’autre ? La fine équipe a bien dû se marrer durant le tournage. La caméra des frères Larrieu a épousé amoureusement les contours de leurs montagnes natales. Quelques moines en rut plus loin (dont Philippe Katerine !), nous voilà partis dans quelques bons éclats de rires et ça ne fait pas de mal !