LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party et après-midi jeux, bricolage Ludique et Geek samedi 23 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le manifeste de la haine islamophobe (communiqué UJFP)
Un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » écrit par Philippe Val a été signé par 300 personnalités. Vous avez dit antiracistes ? Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que « les Roms ont vocation à retourner en R...

Première pierre d'Utopia Borderouge samedi 24 mars 2018 à 17h
Cela fait dix ans qu’on en parle, mais le projet finit par aboutir. Après que, à peine élu, Jean-Luc Moudenc ait remis le projet à l’ordre du jour, archis et bureaux d’études se sont attelés au travail. Pas une mince affaire. Le ciné est à cheval sur le tunnel du métro, ce qui comp...

L'ASCENSION

Ludovic BERNARD - France 2016 1h43mn - avec Ahmed Sylla, Alice Belaïdi, Kevin Razy, Nicolas Wanczycki, Wlay Dia... Scénario d’Olivier Ducray, Ludovic Bernard et Nadir Dendoune d’après son récit autobiographique, « Un Tocard sur le Toit du Monde ».

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ASCENSIONSamy est un petit gars de la Courneuve, des 4000, une des cités les plus pointées du doigts par les rois de l'audimat à sensation. Un jeune gars éperdument amoureux depuis le lycée de Nadia, une très très jolie employée du supermarché voisin. Sauf que Nadia, fille intelligente et déterminée, n'est pas du genre à se laisser embobiner par le premier beau gosse venu : dans le coin, si les grands causeurs petits faiseurs sont légion, les gars qui assurent sont aussi faciles à trouver que le Saint Graal, un trèfle à quatre feuilles ou un CDI. Alors un soir, l'amoureux transi, un peu désespéré, balance la phrase ultime, celle qu'on regrette d'avoir dite trente secondes plus tard : « Pour toi je gravirai l'Everest ! ».

Et c'est là que Samy prouve qu'il n'est pas un garçon ordinaire : loin d'avoir parlé en l'air, il va mener à bien son projet à coups de grosses tchatches et de courage incroyable. Bien que formé pour l'alpinisme autant que moi pour la vie monacale, il va s'inventer quelques ascensions de sommets dont il n'a jamais vu le moindre rocher, et va convaincre une radio locale surmotivée de suivre son périple jour par jour pour financer le voyage vers le Toit du Monde… Et le voilà parti au paradis (ou l'enfer) des trekkers surentraînés. Heureusement, une fois sur place, le guide pas dupe va avoir de la bienveillance, et Samy va croiser le chemin d'un super sherpa affublé de t-shirts de Johnny Hallyday…
Tout cela serait drôle et anecdotique si ça n'était pas librement inspirée d'une histoire vraie. Samy, dans la vraie vie c'est Nadir Dendoune, un journaliste autodidacte merveilleusement frappadingue, 100% originaire du 93, qui avait déjà accompli le tour de l'Australie à vélo, et qui depuis a entre autres entrepris de manière totalement indépendante une incursion très risquée en Irak, qui lui a valu un petit enlèvement à l'issue heureusement favorable, et a réalisé sans aucun soutien institutionnel deux documentaires sur la Palestine. Bref un aventurier des temps modernes, modeste et téméraire à la fois.

Tout ce que vous verrez dans le film est donc vrai, à l'histoire romantique près (Nadir est juste parti rejoindre un ami au Népal après son départ d'un journal francilien bien connu) et ça ne fait que renforcer l'intérêt du film. On retiendra, au-delà des gags désopilants qui émaillent le film toutes les cinq minutes, le rendu très touchant de la solidarité des alpinistes et des sherpas, qui fait écho à celle des gens des quartiers, familles, amis ou tout simplement simples habitants fiers de l'exploit de Samy. Et c'est cela qui nous emporte au final et nous redonne patate et espoir. Car c'est peut-être bien de ces endroits souvent pointés du doigt par les médias dominants comme des zones de non droit, des territoires perdus… bla bla bla… que se cache l'espoir de notre nation.