Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

"Sans revenu, point citoyen"
Edito gazette n°235 Stimulante n'est-il pas, cette campagne électorale ? Stimulante et surprenante, tellement il était impossible d'imaginer qu'un jour il reviendrait à la gauche l'idée pour le moins improbable de redevenir la gauche. Ben oui ! Pincez vous vieux crabe, dans un espace de plus en...

UTOPIA RECHERCHE
Suite à l'édito de la gazette 233, qui explique comment les politiques en matière d'implantation cinématographique peuvent fragiliser des petites salles indépendantes comme les nôtres, la municipalité de Colomiers refuse à nouveau de prendre notre gazette dans les lieux publics (Piscine, Pavillon Bl...

Futur Président? Que ferez-vous pour les migrants?
Le CERCLE DES VOISINS du centre de rétention de Cornebarrieu… vous invite à signer cette Lettre ouverte aux candidats à la Présidence de la République   Nous, citoyens de France et du Monde, solidaires avec les migrants, réfugiés et “sans- papiers” nous inscrivons en faux contre les politiques de...

TRAMONTANE

Écrit et réalisé par Vatche BOULGHOURJIAN - Liban 2016 1h45mn VOSTF - avec Barakat Jabbour, Julia Kassar, Michel Adabashi, Toufik Barakat, Nassim Khodr, Abidou Bacha...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TRAMONTANETramontane : vent violent et froid. C'est bien un souffle glacé qui parcours le corps tout entier de Rabih, jeune musicien aveugle lorsqu'il découvre, au détour de ce qui ne devrait être qu'une banale formalité, le gouffre mémoriel qui surgit sous ses pas… Rabih, brillant percussionniste et chanteur, est invité avec sa chorale à se produire en Europe à l'occasion d'une tournée. L'occasion rêvée pour ce jeune homme de découvrir le vaste monde, loin de son Liban natal, de sortir du nid familial dans lequel il a toujours évolué, à la fois chéri et infantilisé par sa mère, à cause de son handicap. Lors des formalités pour obtenir son passeport, il découvre qu’il n’est pas le fils biologique de ses parents ! Comme un air de de Tabl, le tambour traditionnel sur lequel il agite habilement ses doigts, cette terrible révélation fait résonner l'écho entêtant de sentiments complexes.

D'abord le choc. Un coup. Ensuite la colère. Un coup. Et puis la quête. Un coup. Car Rabih veut connaître l'origine du mensonge et par là-même la vérité de sa naissance. Pourquoi un rempart de silence édifié depuis toutes ces années ? Pourquoi ce passé ressurgit-il maintenant, à l'instant même où sa soif d'émancipation est la plus forte ? Qui est il réellement ? Quelle est son histoire ? Quel récit, terrible ou pas, sa présence sur cette terre déroule t-il ? Sans pouvoir obtenir de la part de sa famille de réelles réponses, il décide alors de partir seul sur les traces de son passé.
Au delà de la quête intime, tiraillé entre la peur de ce qu'il peut découvrir et l'évidente nécessité d'affronter le réel quoi qu'il lui en coûte, son parcours va l'amener au cœur d'un pays meurtri par des années de guerres et de conflit, là où le silence des morts a imposé son implacable loi.

On le voit, la métaphore de Tramontane, premier et remarquable long-métrage de Vatche Boulghourjian, n’est pas très difficile à déchiffrer : quarante ans après le début de la guerre civile, alors qu’elle menace toujours de reprendre, le Liban ne peut affronter on passé, et tous les efforts pour l’éclairer sont voués au mieux à l’indifférence, au pire à l’échec. La métaphore a ici aussi un corps et une voix, celle de Barakat Jabbour, chanteur, percussionniste, violoniste, dont les talents sont utilisés pour esquisser une autre réponse : la vérité se trouve peut-être dans des textes moins explicites que les livres d’histoire, des partitions par exemple. Cette inflexion de la réflexion historique vers l’émotion esthétique est accentuée par la sensualité des paysages libanais filmés, tout au long du périple de Rabih, avec une grâce infinie, comme le sont également les scènes musicales, sublimes et profondes, qui apportent à ce récit un souffle bien plus doux et chaud que celui de la tramontane.