LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Nuit Fantastique IX (debriefing)
Avant de célébrer dignement l’an prochain la dixième édition (n’oubliez pas de nous envoyer vos idées ou vidéos pour que l’on fasse ensemble une dixième édition immémorielle), cette neuvième Nuit Fantastique fut un festin pour les sens (ci-dessous quelques photos qui en donnent un aperçu...

Berhart, L’esthétique vulgaire Lowbrow art et pop-symbolisme
Qu’est-ce que le lowbrow art ? Le Lowbrow Art est l’expression la plus récente de la Pop Culture dans l’art, opérant une synthèse surréaliste de tous les courants et les icônes qui l’ont traversé. Né à l’initiative de Robert Williams, le Lowbrow Art, plus largement appelé Pop Surréalisme, rencon...

Dimanche 10 à 10h IRRINTZINA! Le cri de la génération climat…
Un film qui donne du courage! Des luttes non violentes, galvanisantes… ça existe! Il suffit de les rejoindre pour qu'elles soient encore plus efficaces. Alors? On vous attend? Vous amenez les croissants, on prépare le café!?    http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=3410&mode=filmhtt...

UNE VIE VIOLENTE

Thierry de PERETTI - France 2017 1h53mn - avec Jean Michelangeli, Henri-Noël Tabary, Cédric Appietto, Marie-Pierre Nouveau, Délia Sepulcre-Nativi... Scénario de Thierry de Peretti et Guillaume Bréaud.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNE VIE VIOLENTEPassionnant, tendu, acéré, complexe, Une vie violente impressionne par son ampleur romanesque et sa justesse de ton, son absence de lyrisme complaisant et sa profonde humanité. Dans cette magnifique évocation de l'ascension fulgurante et de la chute inéluctable d'un jeune indépendantiste corse, on ne trouvera pas l'once d'une concession à l'imagerie romantique de la lutte armée – et pas davantage de trace de cette fascination hollywoodienne qui ennoblit d'une chorégraphie aussi séduisante que vénéneuse la construction de la légende mafieuse au cinéma.
Si l'on devait trouver des parrains à Thierry de Peretti, c'est probablement du côté de Flaubert, d'Hawks ou des italiens Pasolini et Sciascia (les seuls revendiqués) qu'il faudrait aller chercher. Tout en sobriété, en naturalisme et en efficacité, il s'attache, sur les traces de son héros, à raconter au plus près, de l'intérieur, la page la plus récente, la plus prégnante, de l'histoire politique de la Corse. Sans en faire l'apologie, ni pour autant la réduire à sa triste caricature. Sans en omettre non plus la dimension criminelle, qui double l'engagement idéologique, ni faire l'impasse sur la mécanique de radicalisation qui entraîne ses petits soldats trop vite montés en graine, qu'ils soient idéalistes ou opportunistes, du côté obscur du combat politique. Du service rendu au crime, de l'engagement à la vendetta, il n'y a finalement qu'une succession de petits pas, d'éveils à une conscience politique et de renoncements à des principes moraux, plus ou moins conscients, plus ou moins assumés.

Bastiais, fils de famille bourgeoise, plutôt beau gosse, gentiment hâbleur, malin et cultivé, Stéphane va faire cette série de petits pas. Jeune étudiant promis à un avenir sinon brillant, du moins suffisamment doré, d'un naturel plus fêtard que réellement studieux, il est enrôlé presqu'à son insu par un ami militant nationaliste (mais qui, semble-t-il nous dire, ne connaît pas un ami qui connaît un ami qui… ?) qui lui demande – trois fois rien – de faire passer sur le continent une bête valise. Laquelle, remplie d'armes, va bigrement intéresser la police française. Et c'est donc en prison, au contact de vrais activistes comme du véritable banditisme, au contact des livres aussi, qu'il commence son éducation politique, militante, sa construction idéologique. De fait, l'historique du nationalisme corse est alors largement expliqué, contextualisé, resitué, sous les auspices de Frantz Fanon, dans la continuité des luttes de décolonisation – ce qui le conduit, une fois libéré, à affirmer son engagement dans un mouvement décolonialiste de tendance gauchiste.
Thierry de Peretti s'est « inspiré du parcours atypique, météorique, tragique, de Nicolas Montigny, jeune militant nationaliste assassiné à Bastia en 2001 ». Son précédent et premier film, Les Apaches, scrutait de façon très fine et très précise la micro-société des laissées-pour-compte de Porto-Vecchio, à travers le portrait d'une petite bande de gamins entraînés malgré eux, déjà, dans une spirale incontrôlable. On se faisait la réflexion que, pour ce qui est de la vision idyllique, touristique, de la Corse, il faudrait repasser, tant on ressentait l'urgence de nettoyer le décor du fatras folklorique qui en masquait la dure réalité. Une vie violente creuse ce sillon, faisant preuve du même sens de la tragédie mais élargit le champ et, de la petite anecdote, se collette donc avec l'histoire contemporaine – celle qui est toujours à l'œuvre sur l'île. Et rien, jamais, de racoleur ni d'exemplaire dans les destins racontés, ni ceux de ces petits apaches désœuvrés, ni celui du jeune militant nationaliste pris dans une mécanique qu'il feint de maîtriser et qui finira par le broyer.

Tout entier centré sur la Corse, le récit articule de façon tantôt méticuleuse, tantôt elliptique, les processus de création des différents groupes politiques, les scissions, les luttes fratricides en même temps que le cheminement solitaire de Stéphane. Mais comment ne pas, aussi, faire un pas de côté à partir de ce parcours chaotique mais inéluctable sur le chemin de la violence ? Comment ne pas extrapoler, à partir du prisme de cette histoire insulaire, vers quelque chose de plus universel ? Parlant de « radicalisation », il est aujourd'hui tellement plus facile, plus confortable de fantasmer un hypothétique « fanatisme islamiste » plutôt que d'essayer de comprendre (mais « essayer de comprendre, c'est déjà excuser » disait à peu près un ex-premier ministre qui a malheureusement échappé à la récente vague de dégagisme) l'embrigadement, l'engrenage qui mène à la lutte armée, au sacrifice de soi. Avec une simplicité et une efficacité sans artifices, avec ses faux airs de western, de thriller et de drame historique, Une vie violente raconte aussi cette histoire-là, terre à terre, terriblement humaine. Elle nous la rend palpable. Et ce n'est pas la moindre de ses qualités.