LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Nuit Fantastique, dixième édition, appel à participation
Le 31 octobre prochain aura lieu la 10e édition de la terrifiante et rituelle Nuit Fantastique.  Vous avez envie de célébrer avec nous ce funeste évènement ? Envoyez-nous de courtes vidéos (de 10 à 30 secondes maxi) de votre cru, nous en diffuserons une sélection durant la nuit, avec d’autres su...

Install-party et après-midi jeux, bricolage Ludique et Geek samedi 23 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le manifeste de la haine islamophobe (communiqué UJFP)
Un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » écrit par Philippe Val a été signé par 300 personnalités. Vous avez dit antiracistes ? Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que « les Roms ont vocation à retourner en R...

Lundi 20 novembre à 20h, soirée-débat dans le cadre de la Journée Nationale des prisons, Prisonniers : Les oubliés de la société. Projection unique suivie d’un débat animé par Jean-Louis Grenié du Passage, en partenariat avec les associations du Groupe local de Concertation Prison qui organisent des rencontres de sensibilisation du public au monde des prisons. Prenez vos places dès le 10 novembre, tarif unique 4 euros.

VIELLIR À L’OMBRE

Johanna Bedeau - documentaire France 2014 63mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

VIELLIR À L’OMBREPurgeant de longues peines ou incarcérés à un âge avancé, les détenus âgés se retrouvent sans horizon. Dans quel avenir peuvent-ils se projeter ? Une maison de retraite ? Un foyer ? Marqués par les années de détention où le temps se fige pour l'esprit mais compte double pour le corps, ils envisagent avec une angoisse paradoxale leur libération. Pour la première fois, certains témoignent.
Ils courent à petites foulées lors de la promenade, ou multiplient les séries de pompes dans leur chambre, histoire de garder un semblant de forme. Ils ont tout le temps de se mitonner de bons petits plats, comme cet homme disposant d'un mini-four dans sa cellule. Un temps impalpable et interminable pour ces détenus sexagénaires — et plus —, qui voient les années de leur vie filer. Grabataires ou amputés, certains détenus sont incapables de marcher ou de faire leur toilette seuls, comme le montre Johanna Bedeau dans ce documentaire consacré à la vieillesse en prison.
En France, à la différence de l'Italie ou de l'Espagne, qui prennent en compte l'âge des détenus, avec des assignations à domicile, par exemple, pour les plus de 60 ans, il n'existe pas d'âge limite pour l'exécution d'une condamnation. Si les motifs criminels de leurs longues peines ne sont pas mentionnés, la problématique du sens des peines à rallonge est au cœur du film, tourné dans les centrales de Poissy et de Liancourt. Incarcéré depuis des années, celui que ses codétenus surnomment l'Ancien, décrit une décrépitude intérieure et une incapacité à se projeter : « Les gens n'ont plus beaucoup de grands rêves. ». Ni même « de souvenirs de dehors ». Brute, au son d'un vieux tube de Ryan Paris, la toute dernière séquence ouvre de nouvelles interrogations, troublantes, sur la punition ad vitam, non assortie de réinsertion.
Emmanuelle Skyvington

Mardi 21 novembre à 20h, à la Maison des associations de Toulouse (place Hersant, M°Empalot) une deuxième soirée sur le même thème sera présentée par Jacques Ferry de l'ANVP avec les témoignages de Mme Sarah Hunot, avocate au Barreau de Toulouse, et Joëlle Durrieu, bénévole de l'association « Le Passage ».