LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...

VENDREDI 8 FÉVRIER à 19h... un petit coup à boire, une petite cérémonie de passage de relais, un film surprise... vous êtes invités !
Elle commence joyeusement, cette nouvelle année, avec la prise en main d’Utopia Tournefeuille par ses salariés à travers la SAS SCOP* UTOPIA SANTA MAGDALENA.On en rêvait, on s’y préparait, le chemin fut long (très long) et plein de péripéties, parfois douloureuses… mais on y est ! P...

ON ATTAQUE L'ÉTAT FRANÇAIS EN JUSTICE: C'EST L’AFFAIRE DU SIÈCLE!
UN PETIT CLIC POUR UNE GRANDE CLAQUE! Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vie...

VERS LA LUMIÈRE

Écrit et réalisé par Naomi KAWASE - Japon 2017 1h42mn VOSTF - avec Masatoshi Nagase, Ayame Misaki, Tatsuya Fuji, Kazuko Shirakawa...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

VERS LA LUMIÈRELe cinéma de Naomi Kawase est un cinéma de la sensualité. Impressionniste : la grâce qui surgit dans les moindres gestes quotidiens, les gouttes d’eau qui subliment une peau fraîche, le bruissement d’une feuille d’automne, les odeurs délicieuses qui s'échappent d’un chaudron ou des herbes aromatiques hachées menu, la sensation du vent qui fouette rivages et visages avant la tempête. Quel que soit le sujet abordé, on sent une gourmandise contagieuse qui traverse l’écran, stimule nos papilles, nos oreilles, nos sentiments. Naomi Kawase nous offre son angle de vision si particulier qui fait la patte de cette grande cinéaste. Il y a parfois de quoi être dérouté, par ce rythme qui fait l’éloge de la patience, du plaisir d’observer, du temps qu’on prend à s’étonner, s’émerveiller des choses les plus infimes, dont, dans le fond, nous faisons tous partie. Elle a cette capacité à nous faire ressentir dans notre chair ce que l’on sait mais qu’on s’efforce d’oublier trop souvent : nous ne sommes que les petits pantins d’un tout qui nous dépasse, d’une nature à laquelle on n’échappe jamais vraiment et qu’il vaut mieux suivre plutôt que de s’entêter à vouloir la dompter.

On entre dans Vers la lumière par une voix, celle de Misako. Elle est enjouée, respire la jeunesse, et sa manière de raconter par le menu tout ce qu’elle voit dans la rue résonne comme un jeu étrange. Cela intrigue, en devient presque comique ou agaçant. Malgré sa bonne bouille et ses grands yeux ronds on a envie de lui dire : « C’est bon. Tu ne peux pas arrêter de nous dire des évidences qu’on constate par nous-même ? Les poteaux, les feux rouges, le vieux d’en face… ». On se demande où cette première séquence veut en venir… Puis tout s’éclaire : Misako s’entraîne, apprend à n’être qu’une voix pour ceux qui ne voient pas. C’est son métier : audiodescriptrice. Elle tisse ce lien avec le cinéma pour ceux qui ne peuvent qu’imaginer les images, leur texture. Décrire devient peu à peu comme une seconde nature.
Lorsqu’elle parvient tout exaltée devant le comité d’écoute (constitué en partie de mal voyants) qui doit juger de la qualité de son travail, sa description est retoquée. Tous entendent la bonne volonté de Misako, son désir de bien faire, mais ce n'est pas suffisant. L’audiodescription doit restituer fidèlement toutes les nuances d’une œuvre, permettre à celui qui écoute, comme à celui qui regarde de se connecter à la vie des autres. Chose difficile à retranscrire, à traduire sans trahir les intentions des auteurs, sans imposer aux spectateurs-auditeurs sa propre vision des choses. Conscients que c’est un art difficile, les membres du petit groupe se montrent compréhensifs et bienveillants, sauf peut-être Masaya Nakamori, dont la réaction particulièrement acide bouscule la jeune femme.

Mais Misako est déterminée, passionnée et elle ne va pas baisser les bras. Loin de se laisser décourager, elle va non seulement s’entêter, vouloir progresser mais aussi se poser des questions sur la personnalité du bonhomme, ne pas s’arrêter à ses sautes d’humeur malhabiles. Derrière les apparences, elle perçoit qu’il y a une souffrance qu’il essaie de cacher. Masaya est un photographe de renom. Lui qui n’a vécu en grande partie que pour immortaliser des images est en train de perdre la vue. Entre eux, progressivement, se tissent une connivence, une complicité où le temps n’a plus de prise. C’est un long dialogue qui s’installe au-delà des seuls mots. Dans les beaux silences, les prises de vue, Misako redécouvre les petits bonheurs de son enfance, celui de simplement observer un coucher de soleil aux côté de Masaya et de s’émouvoir quand il déclare « Il n’y a rien de plus beau à voir que ce qui s’apprête à disparaître »… Alors que l’un perd la lumière, l’autre la décrit…