LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Nuit Fantastique, dixième édition, appel à participation
Le 31 octobre prochain aura lieu la 10e édition de la terrifiante et rituelle Nuit Fantastique.  Vous avez envie de célébrer avec nous ce funeste évènement ? Envoyez-nous de courtes vidéos (de 10 à 30 secondes maxi) de votre cru, nous en diffuserons une sélection durant la nuit, avec d’autres su...

Install-party et après-midi jeux, bricolage Ludique et Geek samedi 23 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le manifeste de la haine islamophobe (communiqué UJFP)
Un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » écrit par Philippe Val a été signé par 300 personnalités. Vous avez dit antiracistes ? Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que « les Roms ont vocation à retourner en R...

DIAMANTS SUR CANAPÉ

(Breakfast At Tiffany’s) Blake EDWARDS - USA 1961 1h55mn VOSTF - avec Audrey Hepburn, George Peppard, Patricia Neal, Buddy Ebsen, Martin Balsam et Mickey Rooney... Scénario de George Axelrod d’après le roman de Truman Capote.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DIAMANTS SUR CANAPÉQuand le réalisateur des comédies les plus loufoques de son temps (La Panthère rose, La Party) rencontre la comédienne la plus élégante de tous les temps, cela donne un chef-d’œuvre aussi doux qu’un verre de champagne et aussi amer qu’un jour de pluie qui n’en finit pas : « C’est l’histoire d’une fille qui vit toute seule et qui est très effrayée. » Voici comment Paul Varjak, jeune écrivain en panne d’inspiration, décrit sa jolie voisine un peu timbrée, Holly Golightly. En apparence, Holly est pourtant une femme qui respire le bonheur : elle ne cesse d’ailleurs de répéter à quel point elle est « divinement heureuse » à qui veut bien l’entendre. Le bonheur de Holly est évidemment trop bruyant pour être honnête : sa façon de parler sans cesse de tout et de rien est aussi une manière pour elle d’éviter de se retrouver seule avec ses pensées noires, de combattre son blues par des petits riens.

Excentrique, glamour, timbrée, décalée, Holly est un véritable personnage de cinéma, comme il en existe peu dans la vie réelle. Ce qui ne l’empêche pas d’être très humaine, surtout dans les moments où elle baisse sa garde, où elle ne contrôle plus ses réactions. À l’instar de la nouvelle de Truman Capote, le film de Blake Edwards est centré sur le personnage d’Holly. Les autres n’existent que par et à travers elle, tous fascinés à des niveaux divers par son extravagance, ses fêlures : Holly est comme un oiseau dont on aurait ouvert la cage et qui s’en échapperait pour mieux y retourner, incapable de s’adapter au monde extérieur et aux « salauds » qui le peuplent.
En choisissant Audrey Hepburn, Blake Edwards pensait-il que la comédienne allait y trouver le rôle de sa vie ? Difficile d’imaginer qu’Holly puisse être incarnée par quelqu’un d’autre, tant l’actrice a donné au personnage : sa fragilité de brindille, mais aussi son élégance raffinée, qui lui permet de dire les pires horreurs sans avoir jamais l’air vulgaire. Holly Golightly, c’est elle.

Si Diamants sur canapé est sans aucun doute le film le plus réussi de Blake Edwards, c’est qu’à l’inverse d’œuvres comme La Party ou La Panthère rose, le cinéaste ne filme pas une succession de gags burlesques, mais se tourne vers un comique plus mûr : celui de Chaplin, mi-Auguste, mi-clown blanc. Si les gags fusent, tout autant dans les dialogues que les situations, rythmées par la musique jazz de Henry Mancini, la légèreté est ici nuancée d’une teinte douce-amère. Les lunettes noires d’Holly cesseront-elles un jour de cacher ses larmes ?

(d’après Ophélie Wiel)