LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord 7
« Si l’on compare la quantité produite, le coût de la production, l’eau et l’énergie consommée, l’emploi créé (on pourrait ajouter la qualité offerte) on arrive à la conclusion qu’il vaut mieux avoir 100 fermes de 50 hectares qu’une seule ferme de 5000 hectar...

Journal de bord 6
Il pleut, il neige, il mouille… c’est la fête à la grenouille ! plus facile pour les confinés de ne pas mettre imprudemment le nez dehors !… Ana Pitoun et Valérie Mitteaux réalisent depuis quelques années, ensemble ou chacune de leur côté, plein de films tout à fait passi...

Journal de bord 5 : les films du confinement…
Pendant la durée du confinement, nous allons nous efforcer de vous proposer des films qu’on aime, qu’on trouve passionnants, qui ouvrent une fenêtre sur la vie des autres, qui nous aèrent les méninges… La programmation d’Utopia est faite de films choisis parmi ceux qui sortent, mai...

Journal de bord d'Utopia Borderouge et Tournefeuille 4
La civilisation du poisson rouge… c’est un bouquin dont je vous recommande la lecture : pas gros, vite lu, mais grosse réflexion à la clé. On le voit bien, partout et en tous lieux impossible de passer du temps avec quelqu’un sans qu’il lorgne du coin de l’oeil les messa...



Cycle Heroïnes Oubliées : jeudi 8 mars à 20h30, soirée-débat sur le thème Les femmes dans la science dans le cadre de la journée internationale des luttes de femmes. Projection unique suivie d’un débat animé par Christine Ferran, chargé de communication à l’Inserm et Florence Sedes, Professeur à UT3, spécialiste de sciences des données à l’IRIT, présidente du groupe Femmes et Informatique de la Société Informatique de France. Toutes deux membres du groupe Femmes et Science Occitanie Toulouse (préventes des places à partir du 24 février).

LES FIGURES DE L’OMBRE

(HIDDEN FIGURES) Theodore MELFI - USA 2016 2h06mn VOSTF - avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monae, Kevin Costner, Kirsten Dunst... Scénario d'Allison Schrœder, d'après le roman de Margot Lee Shetterly.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES FIGURES DE L’OMBREÉtats-Unis, 1961. Tout était alors organisé pour que les Noirs croisent les Blancs le moins souvent possible et s'il était impensable qu'elle fasse pipi dans leurs toilettes ou fréquente leurs universités, il ne serait venu à l'idée d'aucun Américain de race blanche qu'une femme noire puisse avoir quelque talent particulier. En ces temps-là, la femme noire devait raser les murs, baisser les yeux quand on s'adressait à elle et lorsqu'il lui arrivait de passer dans une assemblée d'hommes, chacun pensait que c'était pour ramasser les poubelles…
En ce moment précis que raconte le film, les États Unis sont sur les dents : l'URSS ne cesse de marquer des points dans la conquête spatiale et les hommes du Président, de plus en plus fébriles, obsédés par l'avance prise par les Rouges, harcèlent les chercheurs de la NASA, fraichement créée. Les meilleurs cerveaux, les plus grands mathématiciens, les ingénieurs les plus talentueux sont mobilisés, disputent de toutes les hypothèses, couvrant leurs grands tableaux noirs d'algorithmes et logarithmes incompréhensibles pour le commun des mortels.

Mais rien n'y fait : les satellites font pschiiit ! et s'obstinent à s'écraser sitôt leur décollage ou à ne pas décoller du tout. De quoi ficher un vieux coup au moral des Américains, naturellement convaincus de leur supériorité sur le reste de la planète… Et la grande Amérique de trembler à l'idée que l'œil de Moscou puisse la surveiller depuis ses satellites alors qu'elle reste scotchée au sol. IBM n'a pas encore mis complètement au point la machine qui calculera plus vite que la cinquantaine de femmes noires confinées dans un bureau en sous-sol et qui s'activent, constamment sollicitées, pour vérifier les calculs des ingénieurs blancs : il est bien entendu exclu que ces « ordinateurs en jupes », même diplômées jusqu'aux oreilles, puissent prétendre à un poste plus noble. Jusqu'à ce que l'une d'entre elle se fasse remarquer…
Elles sont d'ailleurs trois qui vont jouer un rôle majeur dans la conquête de l'espace par les États-Unis, trois bonnes copines à être au top du top, et même bien plus douées que les ingénieurs qui s'affairent. Par la grâce d'un chef un peu plus attentif et un peu moins raciste, essentiellement attaché à la réussite de son équipe, qui finira par remarquer sa compétence, Katherine Johnson, physicienne, ingénieure, mathématicienne de haut vol, obligée de courir sous la pluie pour rejoindre les toilettes réservées aux femmes noires à l'autre bout de la Nasa, prendra place dans le sanctuaire réservé aux hommes blancs. Au point que c'est à elle que John Glenn en personne demandera confirmation des calculs de sa trajectoire vers les étoiles, sur lesquels reposait sa vie…

Katherine Johnson, fille d'un bûcheron et d'une institutrice de Virginie, après avoir joué toute sa vie un rôle de premier plan à la Nasa, reçut en 2015 des mains d'Obama la Médaille de la Liberté (la plus haute distinction des États-Unis). Dorothy Vaughan brillait au firmament des informaticiens de génie et Mary Jackson n'était pas à la traîne… Quant à Margot Lee Shetterly, qui a écrit le livre dont est tiré le film, elle a fondé en 2013 le projet « calculatrices humaines » pour que ces femmes et bien d'autres encore soient reconnues à leur juste valeur.

FEMMES ET SCIENCES : notre association a pour objectif de promouvoir les sciences auprès des jeunes, en particulier des jeunes filles, et promouvoir les femmes dans les sciences. Elle mène des actions variées pour les inciter à s’engager dans des carrières scientifiques et techniques (visites dans les collèges et lycées, participation à des forum métiers…). Elle met à disposition des enseignant.e.s et d’un public plus large des outils pour mieux connaître les métiers scientifiques et techniques (vidéos, documents) et les femmes scientifiques, historiques ou contemporaines, qui ont bousculé la connaissance. Nous nous impliquons dans des actions qui permettent de renforcer le statut des femmes exerçant des carrières scientifiques et d’améliorer leurs conditions et leurs perspectives de carrière. A Toulouse et dans la région, notre groupe d’une cinquantaine de membres, décline ces deux objectifs à travers différentes activités. En particulier, nous intervenons dans les établissements scolaires où nous sensibilisons les jeunes aux stéréotypes de genre, décrivons nos métiers scientifiques et valorisons l’image des femmes scientifiques et leurs carrières (cafés-débats au Café des Savoirs). www.femmesetsciences.fr