LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party et après-midi jeux, bricolage Ludique et Geek samedi 23 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le manifeste de la haine islamophobe (communiqué UJFP)
Un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » écrit par Philippe Val a été signé par 300 personnalités. Vous avez dit antiracistes ? Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que « les Roms ont vocation à retourner en R...

Première pierre d'Utopia Borderouge samedi 24 mars 2018 à 17h
Cela fait dix ans qu’on en parle, mais le projet finit par aboutir. Après que, à peine élu, Jean-Luc Moudenc ait remis le projet à l’ordre du jour, archis et bureaux d’études se sont attelés au travail. Pas une mince affaire. Le ciné est à cheval sur le tunnel du métro, ce qui comp...

LA FÊTE EST FINIE

Marie GAREL-WEISS - France 2017 1h33mn - avec Zita Henrot, Clémence Boisnard, Michel Muller, Christine Citti, Marie Denarnaud, Pascal Rénéric... Scénario de Marie Garel-Weiss et Salvatore Lista.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA FÊTE EST FINIEOn se souviendra longtemps des regards effrontés et perdus de Céleste et de Sihem, interprétées par deux jeunes comédiennes éclatantes de justesse et de fragilité… Pas facile de quitter la fête… de dire adieu aux vieux potes, d’en finir avec l’ambiance de joie, de plaisir et d’insouciance, de quitter des lieux dans lesquels on aimerait s’éterniser, encore un tout petit peu, histoire de ne pas renouer avec la vraie vie, celle qui n’a rien d’un conte de fées, et encore moins d’un tour de grande roue. La fête, elle met des étoiles dans les yeux, elle est bruyante, elle scintille, elle en fait voir de toutes les couleurs, elle apporte la douceur et la légèreté, mais aussi la puissance et la force. Mais la fête, c’est aussi une fausse amie, elle est vicieuse et manipulatrice, elle enrobe avec ses belles paroles, elle endort, elle étouffe, elle fait miroiter des jours meilleurs pour mieux enfoncer les têtes dans l’eau crasse de toutes ses désillusions.

La fête : ce n’est pas celle que l’on connaît, les flonflons, les pistes de danse et les rires entre amis… La fête dont il est ici question, elle est de mauvaise réputation, donne de mauvais conseils et avance en meute. Ses complices sont la dope, la défonce, la came, toutes ces substances illégales ou pas qu’une âme est capable d’infliger à son corps pour mieux supporter la vie, pour planer, pour voir ailleurs, pour voir plus grand, plus haut, plus loin…
La fin de cette fête, vous l’aurez alors compris, c’est bien l’histoire d’un début, d’une renaissance et surtout celle d’un douloureux mais indispensable retour à la vie.
Céleste et Sihem arrivent le même jour dans un centre de désintoxication où leur histoire, meurtrie par bien des expériences avec la came, les as poussées comme dans un ultime instinct de survie. Elles ne se connaissent pas et n’ont pas grand chose en commun, ni leur âge, ni leur passé, ni leurs attaches, rien, hormis ce dénominateur commun toxique qui les a passablement abîmées. Jour après jour, au fil des séances de groupes de parole, un lien fort va se tisser entre les deux filles, nourri par des fous rires et quelques éclats de rage et de colère vis-à-vis d’un encadrement strict et rigide… Et fatalement, elles vont se faire virer du centre. Livrées à elle-même, « clean » mais pour combien d’heures, de jours, de semaine, encore ? elles vont devoir affronter le monde réel, ses mirages, ses tentations et sa dureté.

Le vrai combat commence alors, celui de l’abstinence. Chacune va devoir, enfin, être elle-même tout en restant maladivement accrochée à cet autre si différente et si semblable : amie de cœur, sœur de combat. Entre Sihem et Céleste, les places ne seront jamais clairement définies, tout sera en perpétuel mouvement. Céleste, que l’on pourrait croire la plus fragile des deux, va se révéler explosive et indomptable. A l’inverse, Sihem, sous ses airs de dure à cuire, va finalement révéler la nature brute de ses blessures intimes.
Rien ne sera joué, rien se ne sera gagné d’avance et à travers ces deux jeunes femmes, portées par un élan vital finalement plus fort que l’instinct de mort, c’est un hommage magnifique à toutes celles et ceux qui se battent contre leurs démons intérieurs pour gagner un an, un mois, une semaine ou simplement un jour « sans ».