LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



Lundi 24 septembre à 20h30, Pour cette première soirée de rentrée du cycle HEROINAS OLVIDADAS/HÉROÏNES OUBLIÉES, ROSARIO CASTELLANOS, philosophe, écrivaine, poétesse, professeure, diplomate, féministe, est à l’honneur. Séance unique suivie d’une rencontre animée par Michèle Soriano, Professeure des Universités (Université Toulouse Jean Jaurès. Département d'Études hispaniques et hispano-américaines).
En collaboration avec le Festival CINELATINO et la participation de la librairie toulousaine FLOURY Frères, qui proposera pour cette nouvelle saison du cycle un stand avec les œuvres de quelques unes des héroïnes déjà présentées : Federica Montseny, Lou Andreas-Salomé, Paula M. Becker, Hedi Lamarr et d’autres coups de cœur proposés par notre libraire Chloë Bénéteau.
Places disponibles dès le 19 septembre au tarifs habituels.

LOS ADIOSES

Natalia Beristain - Mexique 2017 1h26mn VOSTF - avec Karina Guidi, Daniel Giménez Cacho, Tessa Ia...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LOS ADIOSESRosario Castellanos est encore une étudiante introvertie lorsqu’elle se lance dans l’écriture et rencontre Ricardo Guerra. Alors qu’elle est en passe d’être reconnue comme l’une des plus grandes plumes de la littérature mexicaine, l’homme qu’elle aime devient son rival. C’est en restant fidèle à ses choix de femme, de mère et de poétesse que Rosario Castellanos combattra une société dirigée par les hommes et fera entendre les voix des femmes.

Elle semble fragile, craintive, le regard d’un homme suffit à la déstabiliser… Pourtant, Rosario Castellanos (1926-1974) fut un monument de la littérature mexicaine, un symbole du féminisme dans toute l’Amérique latine […] Pour la réalisatrice, il s’agit de fuir l’histoire officielle pour créer un portrait intime. Une sensibilité à part s’exprime alors, grâce à une actrice étonnante, Karina Gidi, qui rend Rosario Castellanos intrigante et d’emblée, attachante. L’homme dont le regard la déstabilise, c’est Ricardo Guerra, un professeur de philosophie qui vient la reconquérir après l’avoir abandonnée. En reconstituant aussi le début de leur relation, dans les années 1950, Natalia Beristain montre une jeune fille prête à s’émanciper intellectuellement, comme à idéaliser un homme au brillant esprit, qui se révélera un séducteur compulsif. Auprès de cet amant que le machisme transforme en ennemi, la poétesse mène une lutte acharnée pour s’affirmer femme, écrivaine et mère ayant le droit de travailler. Si la mise en scène reste de bout en bout dans la délicatesse […], elle parvient à faire résonner une solitude poignante.
Frédéric Strauss (Télérama)