LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...



Jeudi 13 décembre dans le cadre du cycle RICORDI D'AUTORE, venez découvrir ou re-découvrir les grands classiques du cinéma transalpin en version restauré. Venez-vous plonger dans l'atmosphère italienne pour une soirée spéciale : séance unique à 20h30 précédée d’une dégustation de vins italiens à partir de 19h30 (tarif unique 7 euros, achetez vos places à partir du 30 novembre). Pour les volontaires, le food truck Au pied de l’Etna vous proposera ses fameux produits.

LE FANFARON

(IL SORPASSO) Dino RISI - Italie 1962 1h45mn VOSTF - avec Vittorio Gassman, Jean Louis Trintignant, Catherine Spaak... Scénario de Dino Risi, Ettore Scola et Ruggero Maccari.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE FANFARONUnique, exceptionnel : la vision, dans un noir et blanc sublime, des rues et des places de Rome désertes un 15 août des années 60 sous un cagnard d'enfer ! Rien que pour ça, le film vaudrait déjà le détour !
Bruno Cortona (Gassman), hâbleur, bavard, embobineur, rôde dans sa décapotable dont l'insupportable klaxon signe à lui seul le macho de première bourre, à la recherche de clopes et d'un téléphone. Ce type-là ne supporte ni le silence ni la solitude ! Coup de bol, son contraire est en train de réviser ses examens de droit : Roberto Mariani (Trintignant), timide, silencieux, incapable de refuser à qui s'impose… va se laisser subjuguer, un peu à contre cœur, partagé constamment entre fascination et répulsion, et se retrouve à bord de la Lancia Aurélia (symbole à elle toute seule de l'Italie du « miracle économique ») pour une drôle de virée entre mecs au gré des rencontres et des pulsions de Cortona, tandis qu'on se laisse toucher peu à peu par les fêlures de ce fort en gueule foutrement séduisant, fragile sous ses airs de matamore… On s'attend à des personnages caricaturaux, on pourrait craindre la comédie un peu lourde… Au contraire, on se laisse happer par l'émotion qui perce sous une drôlerie matinée de tragédie et de détresse humaine. Les femmes (son ex-femme, sa fille) sont magnifiques, pétries d'indulgence envers ce frimeur dont elles n'ignorent aucune faille.
Ce sera un drôle de voyage initiatique pour Mariani, qui va peu à peu se laisser emporter par la vitalité animale de Cortona, jusqu'à parvenir à une sorte de pulsion libératrice où il s'exprime enfin et qui coïncidera avec le point final…

Entre inquiétude et tendresse, c'est incroyablement drôle et tragique à la fois, la vision de la société est d'une richesse extraordinaire, et les personnages à eux seuls expriment l'évolution de l'Italie au bord de sortir d'un rêve de prospérité. On notera que Dino Risi a écrit le scénario avec les mêmes compères qu'Affreux, sales et méchants.