LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...



NOUS LES COYOTES

Écrit et réalisé par Hanna LADOUL et Marco LA VIA - France/USA 2018 1h27mn VOSTF - avec Morgan Saylor, McCaul Lombardi, Betsy Brandt, Khleo Thomas...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NOUS LES COYOTESC'est un premier film étonnant et tout à fait français dans sa production, réalisé par le duo Hanna Ladoul et Marco La Via, qui investit avec une fraîcheur euphorisante et un réel brio un cadre emblématique, un lieu de fantasme de cinéma absolu : Los Angeles et son quartier mythique de Hollywood, la colline de tous les espoirs très souvent déçus, de tous les extrêmes, de toutes les chimères, de toutes les illusions perdues à l'aube d'une nuit de fête trop dispendieuse. L'envers du décor, ce sont ces dizaines, ces centaines de tentes de SDF qui s'alignent à l'ombre des palmiers dans les quartiers oubliés des guides touristiques…

Nous les coyotes, référence au petit canidé à la sale réputation qui pullule sur les hauteurs de Los Angeles, est l'histoire au demeurant toute simple d'un jeune couple du Midwest qui déboule à bord de son 4x4 hors d'âge dans la cité des Anges, plein d'espoir dans un avenir qui s'annonce dans leur esprit forcément radieux au soleil de la Californie. Lui est un peu artiste et poète, pas franchement un winner né, et préfère la poésie française au Nasdaq. Elle est un chouia plus pragmatique, et après une petite expérience dans le monde de la musique, elle a dégoté un entretien d'embauche dans une maison de disques qui a pignon sur rue. Elle a une tante sur place qui peut les héberger dans un premier temps, et pour elle ça ne fait pas un pli : elle pourra rapidement leur dégoter un petit home sweet home avec son premier salaire… Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu. La tante s'avère une donneuse de leçons insupportable qui critique à tout va le dilettantisme du petit ami, et l'entretien d'embauche ne se déroule pas vraiment comme espéré (séquence aussi drôle que terrible avec deux représentants branchouilles de la start-up nation mondialisée qui feraient presque regretter les bons vieux patrons paternalistes du temps de la lutte des classes).

Le film dépasse bien sûr la spécificité du rêve californien en décrivant avec émotion et justesse les espoirs, les déceptions, mais aussi le ressaisissement d'un tout jeune couple (remarquablement interprété par Morgan Saylor et McCaul Lombardi) porté par un amour profond et une confiance mutuelle qui leur permettent d'affronter les déconvenues et même les aléas plus sérieux alors qu'ils débutent à peine dans vie, et cela pourrait se passer dans n'importe quelle grande métropole du monde.

Nous les coyotes révèle ainsi la cruauté de la ville, son idéologie du fric roi, qui ne laisse leur place qu'aux gens déjà bien nés comme le révèle la scène ubuesque de l'entretien d'embauche et qui ne fait que précariser les plus faibles, un monde où tout n'est qu'illusion, où un DJ souriant confie à son pote qu'il dort en fait dans sa voiture une fois la fête finie… Mais la beauté du film est de montrer aussi que, face à ces logiques impitoyables, on peut tracer sa voie sans forcément écraser l'autre : c'est ainsi que le jeune héros va réussir à faire son trou grâce à sa connaissance du poète français Francis Ponge, pied de nez savoureux dans un pays où la culture n'est pas forcément une priorité… Au final un premier film lucide, intelligent et lumineux, qui est par ailleurs un miroir du destin de son couple de jeunes réalisateurs qui sont allés tenter l'aventure américaine.