LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...

VENDREDI 8 FÉVRIER à 19h... un petit coup à boire, une petite cérémonie de passage de relais, un film surprise... vous êtes invités !
Elle commence joyeusement, cette nouvelle année, avec la prise en main d’Utopia Tournefeuille par ses salariés à travers la SAS SCOP* UTOPIA SANTA MAGDALENA.On en rêvait, on s’y préparait, le chemin fut long (très long) et plein de péripéties, parfois douloureuses… mais on y est ! P...

PACHAMAMA

Juan ANTIN - film d'animation France 2018 1h10mn - Scénario de Juan Antin, Patricia Valeix, Olivier de Bannes, et Nathalie Hertzberg. Pour les enfants à partir de 6 ans. Musique originale de Pierre Hamon.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PACHAMAMAPachamama, c’est la déesse de la terre, c’est la mère de tous les êtres vivants, l’origine du monde. Dans la culture pré-inca, c’est une figure essentielle des peuples Quechua.
Voilà un bien joli titre pour un bien beau film qui va combler l'appétit de découverte des jeunes spectateurs.
Pachamama nous plonge dans un passé très ancien et dans des contrées très éloignées, dans la Cordillère des Andes, au cœur d’un petit village inca. Tout le monde s’apprête à fêter Pachamama par des offrandes, pour la remercier de sa générosité, pour les rayons de soleil qui ont fait pousser le maïs et les légumes, pour l’eau qui a irrigué les plaines et pour la terre fertile qui a nourri les hommes. Mais au beau milieu des célébrations, un trouble-fête débarque sans prévenir : c’est le représentant du grand chef inca qui vient prélever sa part du gâteau. Flanqué de ses sbires, il va se servir et dérober la statuette sacrée, la Huaca, totem du village, pour la rapporter à son maître.
Tepulpaï et Naïra, deux jeunes villageois qui n’ont pas froid aux yeux, décident alors de partir pour récupérer la statuette et la rendre au village… S'engage une quête qui les mènera jusqu’à Cuzco, capitale royale déjà assiégée par les conquistadors, les hommes aux chevaux de fer qui sont bien décidés à piller tout ce qui brille sur leur passage. Heureusement, ils seront aidés par le Grand Condor et un mystérieux sage aveugle…

Des dessins d’une poésie et d’une précision incroyables, des couleurs chatoyantes, une histoire pleine d'aventure, de mystère, d'interrogations, l’omniprésence de Mère Nature et une musique qui tient le premier rôle : Pachamama est un bijou d’animation.
Très imprégné du chamanisme que l’on retrouve dans toute l’Amérique du Sud et un peu en Amérique du Nord, c’est bien sûr un film qui fait réfléchir sur les liens entre les hommes et la Terre, sur le mal qu'ils lui font, sur les bienfaits qu'elle leur donne sans compter. Il est aussi question de cupidité, celle qui fait tourner la tête des rois et des conquistadors mais qui est aussi bien réelle dans notre monde de pollution et de consommation.
La musique est incroyable, mélange d’instruments précolombiens, de chants d’oiseaux et d’ambiances de pluie ou de forêt tropicale, et donne au récit une dimension magique envoûtante.