LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...

VENDREDI 8 FÉVRIER à 19h... un petit coup à boire, une petite cérémonie de passage de relais, un film surprise... vous êtes invités !
Elle commence joyeusement, cette nouvelle année, avec la prise en main d’Utopia Tournefeuille par ses salariés à travers la SAS SCOP* UTOPIA SANTA MAGDALENA.On en rêvait, on s’y préparait, le chemin fut long (très long) et plein de péripéties, parfois douloureuses… mais on y est ! P...

CONTINUER

Joachim LAFOSSE - France/Belgique 2018 1h25mn - avec Virginie Efira, Kacey Mottet Klein, Diego Martín, Mairambek Kozhœv, Damira Ripert... Scénario de Thomas Van Zuylen, Joachim Lafosse, Fanny Burdino, Mazarine Pingeot et Samuel Doux, d’après le roman de Laurent Mauvignier.

Du 23/01/19 au 19/02/19 à Tournefeuille

CONTINUERC’est un road-movie intime dans les paysages renversants de beauté du Kirghizigstan. Tout comme dans certains westerns, plus la grandeur de la nature s’impose, magistrale, plus l’attention peut se concentrer sur les personnages, petits points dérisoires, obligés de se rapprocher pour ne pas être happés par plus grand qu’eux. C’est un film peu bavard, qui démarre dans une colère rentrée et qui part à la conquête d’une improbable réparation. Pas besoin de grandes phrases qui analysent pour pressentir les choses, ni même pour les raconter. On est dans un univers parfois froid, mais toujours charnel, épidermique. Le scénario tire toute sa force d’un duo d’acteurs magnifiques, capables de nous faire prendre des steppes arides pour le paradis terrestre. Virginie Efira, en mère borderline, Kacey Mottet Klein, en fils réfractaire, nous font oublier progressivement tout ce qui ne tient pas à leurs personnages. Ils imbriquent dans leur jeu tout en nuance un mélange de maturité, de force physique et de fragilité enfantine.

Tout part d’une idée saugrenue, d’une ultime tentative pour rattraper les erreurs de la vie. Sybille, qui n’a pas beaucoup vu ni élevé son fils Samuel quand il était petit (on le découvrira progressivement) lui impose, aujourd'hui qu'il a une vingtaine d’années, un voyage à deux, loin de la civilisation, loin d’un entourage violent et des conneries à répétition qui semblent le conduire tout droit vers les geôles de la république.
Les voilà au pied du mur, ou du moins des montagnes, avec leurs deux chevaux. D’emblée Samuel tire la gueule, se conduisant de façon odieuse avec sa daronne et par ricochet envers leurs charmants hôtes kirghizes qui s’efforcent de les mettre en garde : les montagnes sont peu sûres. Mais seule Sybille qui parle russe comprend l'avertissement et le garde pour elle. Sa détermination glace les sangs. Son besoin soudain de jouer les mère courage, au détriment de la sécurité de son fils, n’a rien de rassurant et paraît même passablement irresponsable. Mais que sait-on de cette femme, de ses rêves, de son aptitude à être mère ?
En selle, les tentes et un nécessaire de survie dans le dos, les voilà chevauchant seul vers un futur incertain. Entre eux, peu de mots. Des regards en coin : ceux inquiets et tendres ou parfois agacés de Sybille ; ceux révoltés et furieux de son fils. L’un et l’autre s’épient, s’attirent, se repoussent intuitivement, tel des aimants victimes d’eux mêmes. Elle regardant avec étonnement le fruit de ses entrailles qui se transforme en homme sous ses yeux. Lui regardant sa génitrice, troublé comme si sa douce fragilité, sa féminité étaient indésirables et indécentes chez cette maman improvisée. Tout est suggéré au détour d’un café, d’un précipice, d’un bain de boue imprévu. Le soir à la veillée, ils se retrouvent autour du feu dans un face-à-face silencieux. Lui tel un autiste se repliant entre ses écouteurs, elle écrivant inlassablement sur son journal intime, tandis que leurs chevaux, prisonniers de ces cavaliers atypiques, perdus au milieu de nulle part, attendent une caresse, un geste rassurant. On n’a plus qu’une envie, celle de venir se lover sous leurs crinières chaudes comme si elles recelaient tout ce qui nous reste d’humanité !

Tout est ici comme une chute en avant, un voyage initiatique sans retour. On a beau trébucher, tomber, douter, avoir envie de hurler, on sait juste qu’il n’y a plus d'autre choix que de boire le calice jusqu’à la lie, se redresser, avancer, continuer…