LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



Dimanche 13 janvier à 10h, dans le cadre du Festival CINEMA ET DROITS DE L’HOMME, petit déjeuner suivi d'une séance unique à 10h30 suivie d'un débat animé par Corinne Torre (MSF), Collectif AUTONOMIE. On compte sur vous pour les viennoiseries, on offre le café ! (Tarif unique 4€50 en vente dès le 2 janvier)

CALAIS, LES ENFANTS DE LA JUNGLE

Thomas Dandois, Stéphane Marchetti - documentaire France 2017 1h VF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CALAIS, LES ENFANTS DE LA JUNGLELa caméra court derrière des silhouettes qui déboulent des champs environnants sur l’autoroute. Certaines se faufilent entre les camions à l’arrêt, obstruent la route avec des troncs d’arbre, le temps de se cacher dans les véhicules. Parmi ces ombres filmées par Thomas Dandois et Stéphane Marchetti, certaines sont celles d’enfants, qui risquent régulièrement leur vie pour rejoindre l’Angleterre,« Des gamins qui passent le plus clair de leur temps cachés dans des abris de fortune ». De mars 2016 jusqu’au démantèlement de la jungle de Calais, en octobre, les réalisateurs ont suivi quelques-uns des 2000 mineurs migrants isolés qui ont habité ces méandres sordides. Les témoignages anonymes de ces enfants et adolescents venus du Pakistan, d’Afghanistan ou de Syrie s’enchaînent, et scandalisent. Après des semaines d’approche sans caméra par les deux journalistes, dans les pas d’une avocate des droits de l’homme, ils ont fini par accepter de raconter la faim, les viols, la mort de jeunes compagnons de route lors des tentatives de passage en Angleterre, la violence des passeurs et les coups des CRS… Mais que fait l’État français pour protéger ces mineurs ? La loi stipule l’obligation de protéger et de mettre à l’abri tous les mineurs présents sur le territoire français, instruction obligatoire pour tous les enfants français et étrangers de 6 à 16 ans, un droit fondamental au logement… Pourtant, les récits de ces jeunes mettent en évidence les effarants manquements de l’État français. Le petit Saïd, un Syrien de 10 ans, survit ainsi dans le bidonville depuis un an quand les journalistes le rencontrent. « Il n’a croisé aucun représentant de l’État pour lui venir en aide et le mettre à l’abri », Des associations sur place essayent avec les moyens de bord de venir en aide à Ces enfants désemparés, mais après le démantèlement de la jungle, quel avenir reste-t-il à ces enfants de la jungle ?