LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



LA RETIRADA

Également au programme - LE SILENCE DES AUTRES

Mardi 5 Février à 20h30, séance unique suivie d’une rencontre animée par François Boutonnet, cinéaste spécialiste du sujet. Places disponibles dès le 23 janvier (tarif unique 4,50 euros).

LE CAMP D’ARGELÈS

Felip SOLÉ - documentaire France 2010 56mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CAMP D’ARGELÈSArgelès-sur-Mer, tranquille petit village de pêcheurs en Catalogne française, voit son histoire brutalement changer en 1939 : 465 000 réfugiés franchissent la frontière, c’est la Retirada des Républicains, toute la Catalogne espagnole étant en effet occupée par les troupes franquistes. Les autorités françaises font alors bâtir à la hâte un camp sur la plage… Le film évoque l'existence de ce camp de concentration, de sa création en janvier 1939 à sa fermeture en septembre 1941.
En 1939, des cinéastes militants, choqués par l'existence de ce camp, réussissent à introduire clandestinement une caméra derrière les barbelés et filment, en caméra cachée, les rares images en prise directe du camp d’Argelès.

Jean-Paul Le Chanois monte en 1939 le film Un peuple attend, mais les autorités le saisissent. Le film est interdit et le montage original perdu. Des membres des Brigades Internationales parviennent à sauver une copie destinée aux États Unis sous le titre de A people is waiting. Le montage original durait 50 minutes, il n'en reste que 30 minutes. Les vingt minutes manquantes ont définitivement emporté avec elles d'inestimables témoignages.
Le Camp d’Argelès recrée ces images perdues à partir des témoins survivants, mémoire orale et vivante du camp. Ce dispositif de fiction est le fil conducteur du film dont la scénarisation de moments-clés de la vie du camp est entrecoupée de témoignages recueillis dans toute l’Europe auprès de personnes ayant eu un lien direct avec le camp d’Argelès : anciens internés du camp (Républicains espagnols, juifs…) mais aussi les gardes et les habitants des environs. Le film s’appuie aussi sur des images et des photos éparpillées à travers le monde, réalisées par des journalistes ou des amateurs, patiemment collectées durant de nombreuses années.
Levez le poing Camarades ! C’est par ce geste inlassablement répété chaque jour, que les réfugiés républicains espagnols du camp d’Argelès répondaient aux mauvais traitements et aux dures conditions de vie d'internement : combattants, personnes âgées, mutilés, femmes et enfants réussissaient ainsi à supporter la misère morale et matérielle sur la plage d’Argelès-sur-Mer, derrière des kilomètres de fils de fer barbelés.

Le Camp d’Argelès montre ce qu’a réellement été ce camp de concentration pour les quelques 100 000 Républicains espagnols qui fuyaient le fascisme. Un film sur la dignité humaine…

L'association IRIS-Mémoires d’Espagne a été créée à Toulouse en 1996. Ses membres ont organisé au fil des ans des événements, colloques, expositions, représentations théâtrales, concerts, projections de films, interventions auprès des scolaires. Leur but : garder vivantes l’histoire et les valeurs de ces Espagnols qui après trois ans de guerre dans leur pays ont dû s’exiler en France et ailleurs pour échapper à la répression franquiste et au régime dictatorial installé dès avril 1939 en Espagne.
L’association continue de travailler avec d’autres (elle est membre de CAMINAR une coordination nationale composée de 17 associations à travers la France), à cette réappropriation de la Mémoire Historique de l"Espagne Républicaine et sur les enjeux mémoriels actuels en France et bien sûr en Espagne. Lors des huitièmes rencontres transfrontalières d’octobre dernier, 11 associations espagnoles et 11 associations françaises ont décidé de lancer une JOURNEE INTERNATIONALE sur la RETIRADA le 5 FEVRIER, jour où les autorités françaises ouvrent les frontières aux soldats de l’armée républicaine en déroute.