LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...



90’S

Écrit et réalisé par Jonah HILL - USA 2018 1h25mn VOSTF - avec Sunny Suljic, Katherine Waterson, Lucas Hedges, Na-Kel Smith, Olan Prenatt, Gio Galicia... Musique originale de Trent Reznor et Atticus Ross.

Du 24/04/19 au 21/05/19 à Tournefeuille

90’SIl fut une décennie où les laboratoires Mercurochrome tournèrent à plein régime. Au milieu des années 80, puis au début des années 90, la mode du skate explose aux Etats Unis puis dans le reste du monde, liée à la culture hip hop autant que rock : des générations d'adolescents et de jeunes adultes se ruinent les genoux et les coudes à tenter ollie, varial flip, 50-50 grind et autres figures plus ou moins acrobatiques.
La Mecque du skate n'est pas le Trocadéro parisien mais bien Los Angeles. Stevie, 13 ans, y vit avec sa mère célibataire un peu dépassée et un grand frère caractériel qui a la fâcheuse habitude de le tabasser pour un oui ou pour un non. Pourtant c'est bien la chambre de Ian, son aîné, qui fait rêver le jeune Stevie : ses murs sont recouverts de posters de Mobb Deep ou Naughty by Nature, groupes indispensables du hip hop de l'époque, et de casquettes de baseball et de skate soigneusement alignées. Mais cet été-là, c'est sa rencontre avec une bande de skateurs, qui animent et squattent une boutique de planches et de street-wear, qui va changer le destin du jeune garçon. Ce sera l'été des premières fois, et des premières transgressions, car le monde du skate et du hip hop s'affranchit joyeusement des lois et de la morale…

A ce moment là de la lecture, certains d'entre vous qui pensent être trop jeunes, trop vieux, trop loin de cet univers, se disent peut-être que ce film n'est pas pour eux. Qu'ils se détrompent ! Tout un chacun peut être touché par la grâce de ce 90'S qui est avant tout un magnifique film d'amitié et d'initiation avant le basculement dans l'âge adulte. Car l'histoire de Stevie, c'est l'histoire de bien des adolescents solitaires qui cherchent, tels des petits animaux abandonnés, une meute pour y trouver le réconfort d'une nouvelle famille. Et Ray, le génial skateur pro, grand frère de substitution, protecteur et philosophe ; Fuckshit, le chien fou qui aime se prendre des murs autant en skate que dans la vie ; Ruben, le jeune latino maltraité par ses parents ; Fourth Grade, le cinéaste amateur parfois un peu crétin… vont constituer cette famille. Une famille qui transcende clivages sociaux et raciaux, autour d'une passion et d'une envie frénétique de dévorer la vie à vitesse de skate lancé à pleine allure dans les rues de la ville.
Le film déborde d'une authenticité saisissante. Il faut dire que Jonah Hill, connu jusqu'ici comme acteur rondouillard dans des comédies, souvent signées Judd Apatow, qu'on ne programme pas à Utopia (mais il donne aussi la réplique à Di Caprio dans Le Loup de Wall Street), a nourri son récit de ses souvenirs d'adolescent solitaire dans le Los Angeles des années 90 dont il restitue merveilleusement l'atmosphère. Les images, en format standard (l'équivalent du 4/3), sont à la fois simples et extrêmement soignées, les personnages existent, vivent, respirent, les séquences de skate en fish eye nous replongent dans l'ambiance de l'époque… Bref c'est formidablement réussi.
Et Jonah Hill a réuni un casting de génie, associant de jeunes prodiges comme Sunny Suljic (déjà saisissant dans La Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos) dans le rôle de Stevie et d'authentiques figures du skate comme les géniaux Na-Kel Smith qui incarne Ray, le charismatique leader de la bande, et Olan Prenatt, le chevelu Fuckshit, icône et modèle de nombreuses marques de skate depuis son plus jeune âge. Enfin, cerise sur le gâteau, une bande son extraordinaire, nostalgique en diable, concoctée entre autres par Trent Reznor, ancien leader du mythique groupe Nine Inch Nails.