LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Utopia Toulouse Borderouge : un nouveau cinéma est né !
Utopia, le cinéma au mûrier… Holà ! Habitants de Borderouge, des Minimes, des Trois cocus, de Saint-Selve, de Montastruc, de la Croix Daurade, de Montauban, des Izards, de Saint Jean Lherm, de Granague et d’ailleurs… ! Approchez qu’on vous dise ! Voilà, nous sommes fins pr...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



LONG WAY HOME

(Night comes on) Jordana SPIRO - USA 2018 1h27mn VOSTF - avec Dominique Fishback, Tatum Marilyn Hall, Max Casella, John Jelks, James McDaniel... Scénario de Jordana Spiro et Angelica Nwandu.

Du 06/03/19 au 26/03/19 à Tournefeuille

LONG WAY HOMESplendide premier film sensible et organique ! Jordana Spiro (jusque là actrice) filme juste et intensément aussi bien ses personnages principaux que ceux qui passent furtivement à l’arrière plan, avec un respect et une pudeur palpables. En quelques plans bien sentis, elle dresse le portrait d’une ville, Philadelphie, d’un pays, d’une époque, les siens. Il en résulte ce petit joyau percutant qui, tout en empruntant la voie bien balisée du road-movie, progressivement la transcende, nous surprend en nous emmenant plus loin, en terres inconnues, pourtant tellement proches, intimes et universelles. Elle donne à comprendre l’intérieur de cœurs partis à la dérive, avides d’une difficile rédemption.

Le film s’amorce par quelques instants sensuels, impressionnistes : froissements d’étoffes, la chaleur d’un lit où l’on se love, petite, entre deux parents, un ventre rond qui présage la venue d’un nouveau bébé, le bruit de l’océan au loin, qui n’est autre, en définitive, que le ronronnement des voitures… En peu de mots, on devine que la famille LaMere n’a pas les moyens de ses rêves balnéaires.
Puis la caméra subrepticement glisse dans un univers clos, une cellule grise dont Angel LaMere s’apprête à sortir, la veille de ses dix huit ans. Malgré le cadre rigide de l’établissement pénitentiaire pour mineurs, ceux qui l’entourent semblent bienveillants, désireux de proposer des pistes vers un avenir improbable, essayant malgré tout de l’aiguiller sans grands moyens et sans grand espoir de réussite. Une mère morte, un père assassin, une petite sœur de dix ans, Abby, placée dans une énième famille d’accueil peu encline à accueillir la plus grande désormais majeure, nul havre de paix en vue où se réfugier… le proche avenir d'Angel a tout de la rue sans issue.
La première bouffée d’air frais hors les murs se passe sous un soleil qui irradie de solitude, et ce n’est pas le vide intersidéral de la messagerie du portable enfin rechargé qui va la meubler. Mis à part son contrôleur judiciaire et sa sœurette, tous semblent avoir lâché l’affaire. Pourtant Angel efface en bloc tous les messages d’Abby. Et ça fait un pincement au cœur : tant d’espérance transparaissait dans la petite voix enjouée qui, patiemment, persiste à demander des nouvelles au seul être qui lui reste. On se dit que ces deux-là pourraient se réchauffer, se reconstruire ensemble. On pense Angel bien insensible ou inconsciente avant de commencer à comprendre. Elle est tout au contraire extrêmement lucide. Sous ses airs arrogants, assurés, son fatalisme, elle planque une grande vulnérabilité et un profond désarroi. Marginalisée, stigmatisée, elle n’a plus rien à offrir de bon à ceux qu’elle aime, craignant de les corrompre tel le fruit gâté qui contamine le reste du panier. Et puis, elle a ce projet inavouable, périlleux, insensé dont nul ne doit se douter, dont elle doit éloigner Abby pour la protéger. Mais, ce qu’elle ne sait pas encore, c’est qu’Abby en est la clef et que sans son aide elle ne pourra pas remonter la piste de celui qu’elle recherche…

Nous voilà embarqués avec elles, au gré des rencontres incertaines. La grande faisant tout pour garder une distance, la petite faisant tout pour la rompre. Une relation tout aussi bancale que magique rendue crédible grâce au jeu de deux actrices fabuleuses et forcément débutantes, vu leur âge. Tatum (qui interprète merveilleusement Abby) a été découverte lors d’une compétition de step dance, Dominique Fishback (Angel) a été nommée aux IT Award pour la Meilleure Performance Solo dans son one-woman-show intitulé Subverted sur la destruction de l’identité black aux Etats-Unis, dans lequel elle interprète 22 personnages ! Le duo cathartique fonctionne à merveille, tour à tour joyeux ou poignant, toujours extrêmement crédible et touchant, partant ensemble pour pêcher la tendresse… Une petite merveille !