LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



Vendredi 29 mars à 21h, Dimanche 31 mars à 11h15, lundi 1er et 8 avril à 14h, mardi 9 avril à 18h45 et vendredi 12 avril à 21h15.

CHARADE

Stanley DONEN - USA 1963 1h54mn VOSTF - avec Audrey Hepburn, Cary Grant, Walter Matthau, James Coburn, George Kennedy... Scénario de Peter Stone et Marc Behm.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CHARADEUne merveille de comédie élégante et désinvolte – on peut la ranger dans ce qu'on appelle en version originale les « sophisticated comedies » dont plusieurs parmi les plus réussies sont interprétées par Cary Grant ou Audrey Hepburn : un bijou du genre, Diamants sur canapé alias Breakfast at Tiffany's, de Blake Edwards –, réalisée par un des maîtres en la matière : Stanley Donen à qui l'on doit Funny face (avec Audrey), Indiscret (avec Cary), Arabesque ou encore Voyage à deux (encore avec Audrey). Sans compter quelques menues réussites dans la comédie musicale, dont un certain Chantons sous la pluie… Un sacré client, comme on dit !

Tout commence par une scène digne d'un Hitchcock sous tension : un train traverse la campagne à grande vitesse. Un homme en pyjama en tombe et s'écrase en contrebas de la voie, mort.
Contrepoint immédiat à cette entrée en matière morbide. Tableau de sports d'hiver à Megève. La merveilleuse Audrey s'y ennuie délicieusement, on apprend vite qu'elle est mariée mais qu'elle a décidé de divorcer. Elle rencontre l'irrésistible Cary, ils parviennent à échanger quelques répliques aussi drôles qu'ambigües, malgré les facéties importunes d'un insupportable gamin, fils de l'amie qui accompagne Audrey…
De retour à Paris, la charmante trouve son appartement dévalisé et apprend dans la foulée la mort de son mari. Elle n'aura donc pas besoin de divorcer… Et elle va se trouver embarquée dans une sombre affaire de dollars (beaucoup de dollars : 250 000) volés, revolés, sur-volés. Imbroglio sur fond de guerre secrète qui va lui permettre de retrouver Cary, lequel joue double voire triple jeu mais qui est forcément un good guy.

Mensonges et coups fourrés, jeux de dupes et faux semblants, distribution éclatante avec premiers rôles au top du glamour et seconds couteaux loufoques ou inquiétants, ce Charade est un vrai bonheur de marivaudage policier, tourné en grande partie dans un Paris magnifié par l'amour que lui portait visiblement Donen.