LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...

Atelier d'écriture YAKSA 6 : Daria
Je m’appelle Greg Camazot, j’ai 34 ans ; je suis arrivé à Londres, il y a deux ans. Je travaillais à cette époque pour la Food and Drug Administration pour développer des recherches en alimentation alternative d’origine animale à base d’insectes.Les semaines qui avaient suivi le départ de Daria...

Atelier d'écriture YAKSA 5 : à partir de tableaux de Magritte
Test du parapluie. Comment savoir si un parapluie est vraiment étanche ?C’est très simple.Prenez un verre d’eau. Oui un simple verre d’eau transparent. Un verre que vous pouvez trouver partout. Un verre sans identification spécifique.Remplissez-le au 9/10 - c’est très important- d’eau du robine...

Atelier d'écriture YAKSA 4 : la parole
Parole que l’on dit sans y penser.Parole qui échappe, le mot de trop où la parole exprimée sans retenue se transforme en parole dérangeante et devient celle qu’on n’aurait pas dû dire.Parole qui peut être mise en musique ou en poème.Parole divine, posée sur une musique sacrée.Parol...



Jeudi 20 juin 20h SOIRÉE COMÉDIE MUSICALE : à 20h, rencontre festive dans le hall du cinéma, on offre un verre à boire ! 20h30 présentation dans la salle du court-métrage Des cordes dans la gorge par son réalisateur, en présence de l'équipe du film. Projection du court suivie dans l'élan du grand classique de Jacques Demy, choisi par Pierre Fourchard : Les parapluies de Cherbourg. À la fin : Petit moment d'échange dans la salle. Places disponibles dès le 1er juin aux tarifs habituels du cinéma.

LES PARAPLUIES DE CHERBOURG

Écrit et réalisé par Jacques DEMY - France 1963 1h31mn - avec Catherine Deneuve, Nino Castelnuovo, Anne Vernon, Marc Michel… doublés pour le chant par Danielle Licari, José Bartel, Christiane Legrand, Georges Blanès... Palme d'Or, Festival de Cannes 1964 - Prix Louis Delluc 1964. Musique de Michel Legrand, évidemment - COPIE NUMÉRIQUE VERSION RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES PARAPLUIES DE CHERBOURG« Les Parapluies, c'est un film contre la guerre, contre l'absence, contre tout ce qu'on déteste et qui brise un bonheur. » Jacques Demy

Guy et Geneviève s'aiment avec la ferveur idéaliste de la première fois. Il a vingt ans et travaille dans un garage. Elle a dix-sept ans et vit avec sa mère marchande de parapluies. Laquelle ne voit pas cette idylle d'un très bon œil, elle aurait souhaité un meilleur parti pour sa très charmante fille. Du moins un plus riche parti tant elle est pressée par les dettes… Cherbourg c'est loin de l'Algérie mais là-bas la guerre fait rage et Guy reçoit sa feuille de route : il doit partir pour deux ans. Enceinte de lui, Geneviève promet de l'attendre. Après son départ, elle ne reçoit plus aucune nouvelle…

Opéra de quatre sous transformé en tragédie mythique, ce film a la grâce des paris fous que l'on se lance sur un coup de tête. Adieu, les pirouettes fantaisistes et envolées gratuites des grandes comédies musicales hollywoodiennes… Chanter devient aussi naturel que respirer. Jacques Demy aime et ose le lyrisme. S'il ressemble parfois à un enfant qui fait du coloriage en sifflant des comptines, méfiez-vous de l'eau qui dort à côté de la gouache lumineuse.
Dans Les Parapluies de Cherbourg, les chansons aériennes camouflent la chamade des cœurs fragiles. Et les papiers peints bariolés cachent de profondes fêlures humaines. Dès le générique, Cassandre chuchote ses prémonitions. Rouges, bleus, verts, jaunes, roses, les parapluies défilent en cadence sur le pavé mouillé, avant de laisser la couleur noire fermer le cortège : quatre grands parapluies, deux petits…

Clin d'œil sinistre à la situation familiale des personnages à la fin du film. Un bonheur sans nuages ne dure jamais longtemps, semble pleurer Jacques Demy. C'est pourtant lui qui signera, deux ans plus tard, le chef-d'œuvre de la félicité absolue : Les Demoiselles de Rochefort.

(M. Landrot, Télérama)