LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



NEVADA

Laure de CLERMONT-TONNERRE - USA/France 2019 1h36mn VOSTF - avec Matthias Schoenaerts, Jason Mitchell, Bruce Dern, Gideon Adlon... Scénario de Laure de Clermont-Tonnerre, Mona Fastvold et Brock Norman Brock.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NEVADAC'est une terre ocre, aride qui s'étend à perte de vue des reliefs accidentés, un paysage dur, sec et violent comme l'enfer, à se demander comment il est possible d'y survivre. Dans ce trou perdu du Nevada, totalement isolée, on découvre une prison, ses barbelés, ses chevaux sauvages et ses prisonniers qui ne le sont pas moins. Roman est un paquet de muscles et sa belle gueule tendue donne l'impression qu'il est constamment prêt à bondir, l'œil sur la défensive : les douze années qu'il a déjà passées en prison ne l'ont pas rendu moins méfiant. Il vient d'accepter, sur les conseils d'une psy chargée du suivi des prisonniers violents, d'être muté dans cette contrée ingrate où s'est monté un programme de rééducation par le dressage des chevaux sauvages. Du gagnant-gagnant, comme dirait l'autre : bon pour le prisonnier et bon pour l'économie de la prison qui revend les chevaux une fois dressés. Les mustangs sont les descendants des chevaux amenés par les conquistadors lors de la conquête de l'Amérique… ils se sont enfuis ou ont été abandonnés et sont retournés à l'état sauvage, formant des troupeaux de bêtes d'une puissance magnifique, au pelage fauve et qui n'ont guère de prédateur (à part le puma). Certains états ont mis en place des programmes de capture pour réguler la population des mustangs et éviter leur massacre par des agriculteurs furieux des dégâts qu'ils sont supposés provoquer.

Roman ne connaît pas les chevaux, mais il comprend au premier regard ce que peut éprouver ce cheval fraichement capturé qui se débat dans un enclos, affolé et en colère. Il piaffe, il rue, se cogne contre les bois. Difficile de ne pas faire le parallèle entre ce cheval fou et ce qu'il a pu éprouver, se cognant contre les murs de sa prison autant que contre lui-même.
C'est un très vieux bonhomme, que personne ne semble contester, qui le reçoit. Il connait les chevaux comme personne et de sa voix cassée oriente, apostrophe, provoque, usé et néanmoins vaguement chaleureux. Dès le premier regard, il a compris qu'entre ce Roman et la bête, les choses devraient bien se passer, pour une sorte de thérapie mutuelle. Il le sait : ce cheval n'est pas méchant, cet homme non plus : ils ont seulement peur. Un mustang ne saurait se dresser par la violence et les coups, énonce-t-il, mais par une compréhension qui le rassure et fait de l'homme son complice : apprendre à observer l'animal, canaliser ses propres pulsions pour parvenir à gagner sa confiance. Confiance, le maître mot du programme qui ne va pas sans l'apprentissage d'une confiance en soi, gage d'une relation plus apaisée avec les autres. Il en ira ainsi pour ses relations avec sa fille avec qui les parloirs sont souvent houleux.

C'est fichtrement beau à voir et le film respire une sorte d'authenticité : peut-être le fait d'avoir été tourné dans une partie désaffectée d'une prison en activité, avec des ex-détenus qui avaient suivi un programme similaire, peut-être aussi d'avoir été adoubée par Robert Redford, l'homme qui parle à l'oreille des chevaux et possède lui même des troupeaux de chevaux sauvages qu'il protège… Matthias Schoenaerts est impressionnant de puissance physique et pourtant il accroche l'émotion par sa capacité à exprimer à fleur de regard et de peau une émotion, une fragilité qui séduit et attache. Bruce Dern porte délicieusement ses 82 ans, dans un rôle de vieux sage qui comprend tout et ne se lasse ni de l'humain, ni de l'animal… ni du cinéma.