LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



LES AMANTS CRUCIFIÉS

Kenji MIZOGUCHI - Japon 1954 1h40mn VOSTF - avec Kazuo Hasegawa, Kyoko Kagawa, Eitaro Shindo, Eitaro Ozawa... Scénario de Yoshikata Yoda et Matsutaro Kawaguchi, d'après la pièce de théâtre La Légende du grand parcheminier, de Monzaemon Chikamatsu.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES AMANTS CRUCIFIÉSKenji Mizoguchi est à l’apogée de sa gloire lorsqu’il tourne Les Amants crucifiés, après de nombreux films plébiscités par la critique tels que La Vie d’O-Haru, femme galante (1952), Les Contes de la lune vague après la pluie (1953), ou encore L’Intendant Sansho, lion d’argent à la Mostra de Venise en 1954. Dans cette élégie funèbre d’une beauté toujours intacte, le réalisateur japonais mêle la grandeur des tragédies grecques à la noirceur des romans naturalistes, et aborde les thèmes qu’il développera tout au long de sa fructueuse carrière : la soumission et l’injustice envers les femmes, le poids de la tradition, la cupidité, la lâcheté des hommes et le pouvoir de l’argent. L’adultère y apparaît comme une véritable leçon de philosophie, une revendication du droit au désir dans une société corsetée par les lois et la tradition.

Le Japon en 1684. Ishun, le grand fabricant de calendriers de Kyoto, est un quinquagénaire vaniteux et arrogant. Il a épousé en secondes noces une jeune et jolie femme, Osan, fille d'un marchand drapier qui a eu des revers de fortune. Sa famille faisant appel à elle pour l'aider financièrement, Osan se trouve dans une situation difficile car elle sait qu'elle n'obtiendra rien de son mari.
Elle s'adresse à Mohei, un jeune calligraphiste de la fabrique, en qui elle a toute confiance. Celui-ci accepte de lui prêter de l'argent, en le prélevant sur la commande d'un client.
A la faveur de leurs rencontres, les deux jeunes gens s'éprennent l'un de l'autre. Le soupçon d'adultère, s'ajoutant à la crainte de voir découverte la malversation, les décident à s'enfuir. Furieux, Ishun lance à leur poursuite la police du Shogun…

Le titre annonce clairement que le film finira mal mais les deux amants affronteront leur destin avec la certitude d'avoir vécu une grande et belle histoire qui défie la mort…