LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



L'HOMME QUI PLANTAIT DES ARBRES

Frédéric BACK - film d'animation France-Québec 1987 30mn - texte de Jean GIONO, dit par Philippe NOIRET... Oscar 1987 à Hollywood, Grand Prix des festivals d'Annecy, Los Angeles, Royan, Hiroshima, Valladolid, Ottawa.

Du 16/10/19 au 03/11/19 à Toulouse (Borderouge)

Ceci est une grande histoire. Ceci est une grande et belle et bonne histoire. Pour donner à penser, pour donner à rêver, pour donner des raisons de croire en l'homme, en l'homme seul qui peut déplacer des montagnes pourvu qu'il ait une petite cuiller et beaucoup d'obstination (rappelez-vous la "légende de Yu Kong"). Une histoire où les petits jours mis bout à bout finissent par faire un grand destin, pourvu qu'un grand désir les porte, pourvu qu'un grand rêve généreux en soit le moteur.

L'Homme qui plantait les arbres est un film superbe sur le refus de l'inéluctabilité des choses, envers et contre toute évidence, envers et contre la résignation générale... sans attendre d'autre récompense que la satisfaction toute personnelle d'avoir rendu son coin de monde un peu plus beau, un peu meilleur... obscurément, en se disant qu'il se trouvera toujours quelqu'un pour récolter ce que l'on sème.

Ecrite par Giono, racontée par la belle voix grave et chaude de Noiret, superbement illustrée et animée par Frédéric Back, je vous parie trois glands de chêne que cette histoire vous plaira : grand ou petit, forcené de la croissance, adepte du retour à la terre... Les pessimistes qui croient que l'homme est mauvais en concluront qu'il est des exceptions sublimes... Les optimistes irréductibles (dont je suis) verront là une bonne occasion de rappeler qu'un homme seul n'est pas aussi impuissant qu'il lui arrive de le penser... et qu'à tout prendre, maintenir le cap sur un grand rêve n'est pas si utopique qu'il y paraît.

Le texte de Giono sur Wikisource