LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



UN JOUR SI BLANC

Écrit et réalisé par Hlynur PALMASON - Islande 2019 1h49mn VOSTF - avec Ingvar Eggert Sigurdsson, Idda Mekkin Hlynsdottir, Björn Ingi Hilmarsson, Sara Dögg Ásgeirsdottir...

Du 19/02/20 au 10/03/20 à Toulouse (Borderouge) - Du 19/02/20 au 10/03/20 à Tournefeuille

UN JOUR SI BLANC« On dit que les jours où tout est blanc, où il n'y a plus aucune différence entre la terre et le ciel, alors les morts peuvent nous parler, à nous qui sommes vivants. »

C'est un de ces jours blancs, si blancs, aveuglément blancs, que montre le premier plan de ce fascinant polar métaphysique islandais. Sur une route sinueuse de bord de mer, écrasée par la brume dans un paysage figé par le froid de l'hiver, une voiture file vite, trop vite. Les virages s’enchaînent, jusqu'à celui qui sera fatal.
Sans réelle transition, on découvre une grande maison en construction posée au milieu de la lande sauvage. Dans une longue séquence immobile, les saisons défilent, la pluie s'abat, la neige recouvre tout, le soleil illumine la végétation qui s'éveille alors que la maison prend forme. Et on comprend que cette maison est celle que Ingimundur, un retraité de la police, bâtit jour après jour et sans relâche pour sa fille, son gendre et sa petite fille. Ingimundur… sa vie a basculé en un instant, en un coup de volant, quand sa femme chérie est allée mystérieusement tout droit au bout de la route, plongeant irrémédiablement au pied de la falaise.

Depuis Ingimundur, pour réussir à contenir son immense douleur, tenter de faire un deuil impossible, scie, cloue, emboîte inlassablement, et seule sa petite fille espiègle (géniale jeune actrice, qui est la propre fille du réalisateur) lui apporte des moments de bonheur et de sérénité que ne lui procurent pas forcément les séances de psychothérapie un peu désuètes délivrées via skype par un thérapeute de la ville.
Nouveau coup dur quand il comprend, au détour de quelques indices et d'une vidéo retrouvée, que, dans la période précédant sa mort, sa femme avait une liaison. La colère de découvrir cette relation adultère, ajoutée au deuil qu'il n'arrive pas à surmonter, va faire naître en lui une obsession paranoïaque : et si l'amant était lié à la mort de son épouse ?

Sur une trame somme toute classique de polar (mort / deuil / traque /vengeance), Hlynur Palmason déroule un récit intrigant en y glissant tout ce qu'on aime de l'imaginaire scandinave : une histoire belle et prenante comme une tragédie grecque, bousculée par des ruptures de ton qui peuvent être étonnamment tendres – le grand père s'amusant à faire peur à sa petite fille avec des récits effrayants qui la ravissent – ou furieusement cocasses – une bagarre pathétique entre Ingimundur et ses anciens collègues du commissariat local qui vire au grand burlesque.
Et puis il y a la mise en scène impressionnante, qui se nourrit des paysages telluriques, lunaires, irréels de ce coin perdu d'Islande : ainsi cette séquences aussi énigmatique que magnétique quand la caméra suit en plan séquence un rocher qui dévale interminablement la montagne jusqu'à l'océan…

Grâce à son talent visionnaire et à sa maîtrise du rythme, du cadre, de la lumière, grâce aussi à l'interprétation exceptionnelle d'Ingvar E. Sigurdsson, figure incontournable du cinéma islandais (il était entre autres l'acteur principal du polar Jar city, disponible en Vidéo en Poche, et du savoureux Des Chevaux et des hommes), qui décline magnifiquement toutes les étapes du deuil d'Ingimundur, jusqu'à un climax d'émotion lors de la dernière séquence, Hlynur Palmason rentre avec Un jour si blanc dans la cour des grands.