LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



Ciné sous les étoiles au Metronum

Séance unique le 30 juillet à 22h
Tarifs : 3€ / 5€

LES CHATS PERSANS

(Kasi az gorbehaye irani khabar nadareh = On ne sait rien des chats persans) Bahman GHOBADI - Iran 2009 1h46mn VOSTF - avec Negar Shaghaghi, Ashkan Kooshanejad, Hamed Behdad... Scénario de Bahman Ghobadi, Roxana Saberi et Hossein M. Abkenar.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES CHATS PERSANSIl y a des films qui vous mettent la pêche et Les Chats persans est de ceux-là. C'est plutôt rare dans le cinéma iranien, qui d'habitude nous donne des films plus en retenue, intimistes voire austères. Changement de cap aussi pour le réalisateur, Bahman Ghobadi, dont les œuvres précédentes nous emportaient dans les grands espaces du Kurdistan iranien (Un temps pour l'ivresse des chevaux, Les Chants du pays de ma mère, Les Tortues volent aussi). Il délaisse cette fois sa contrée natale pour nous faire découvrir Téhéran tel qu'on ne l'avait probablement jamais vu au cinéma. Cela essentiellement grâce à la musique, qui est l'âme du film, et aux jeunes Iraniens qui l'utilisent comme moyen d'exprimer leur rébellion. C'est le Téhéran underground qui vit sous nos yeux : des lieux cachés, des musiciens qui jouent à l'abri des regards, dans des caves, des granges, sur des toits, des immeubles en construction… Partout cette musique est synonyme de révolte et de liberté. Malgré la chape de plomb qui pèse sur l'Iran, le film est traversé de bout en bout par une énergie viscéralement positive et ça fait un bien fou.

Negar et Ashkan, deux jeunes musiciens, sortent tout juste de prison. Tous deux sont à l'image de cette jeunesse iranienne qui cherche à exister dans un pays cadenassé par le régime islamiste. Ils aimeraient évidemment jouer en public mais ils savent bien que c'est impossible. Ils décident malgré tout de monter un groupe, tout en essayant de se procurer des papiers pour sortir du territoire. C'est ainsi qu'ils tombent sur Hamed, un tchatcheur et combinard né. Le genre de gars qui connaît tous le monde, vit de combines à gauche à droite grâce à sa gouaille phénoménale, qui en fait trop mais qui emporte la sympathie par sa sincérité et sa générosité. Commence alors une course à travers Téhéran, à la rencontre d'autres musiciens qui pourraient les rejoindre. Leur objectif : monter ce fameux groupe des Chats Persans, et organiser un concert clandestin pour financer leur fuite vers l'Europe.

Quand on sait que le film a été tourné en dix-sept jours et clandestinement dans les rues de Téhéran, et que le gouvernement iranien a tout fait pour que le film ne soit pas sélectionné au Festival de Cannes (en vain, puisque Les Chats persans a bel et bien été présenté en sélection parallèle et qu'il a remporté le Prix Un Certain regard !), on comprend que l'énergie qui déborde de chaque image est un grand cri du coeur pour la liberté d'expression. Dans ce manifeste musical, on est aux côtés de tous ces jeunes qui cherche à s'émanciper, à prendre leurs distances avec le régime ultra-conservateur. On les imagine évidemment parmi la foule qui a manifesté dans les rues après les dernières élections factices.
Baham Ghobadi capte magnifiquement cette urgence, cette faim de liberté, cet enthousiasme de la transgression. Sa caméra ne lâche pas ses personnages, elle court, elle joue, elle respire avec eux. Certaines séquences sont quasiment tournées comme des clips musicaux, mais l'image n'est jamais lisse, jamais artificielle, elle garde ce côté brut qui fait tout le prix de ce film ancré au plus profond de la réalité iranienne, et plus spécifiquement téhéranaise.
Ajoutons pour les amateurs de musique(s) que Les Chats persans offre en la matière une richesse, une diversité extraordinaires : on passe du rock à la musique traditionnelle, de la pop à l'électro, du rap au métal… Autant de rythmes, de mélodies, de pulsations qui irriguent la ville et la font vibrer.