TOULOUSE Borderouge et TOURNEFEUILLE

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

Tournefeuille Culture

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

Séance unique Jeudi 27 août à 20h30 suivie d’une rencontre avec le réalisateur Stephan Hilpert (par visio en cas d’empêchement)

CONGO CALLING

Stephan Hilpert - documentaire Allemagne 2019 1h30mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CONGO CALLINGL’Appel du Congo de Hilpert commence en 2015 avec l’arrivée au Congo du ministre allemand des affaires étrangères de l’époque, Frank-Walter Steinmeier. Bientôt, une délégation de figurants congolais, détachés pour le folklore nécessaire, enfilent leurs jupes de paille pour que la télévision allemande sache immédiatement : « Nous sommes en Afrique ». Steinmeier salue ensuite l’extension de la piste d’atterrissage de Kinshasa rendue possible grâce à des fonds allemands et souhaite un bon avenir à l’est du Congo. Il se dégage de la mise en scène mécanique de la cérémonie un rare sentiment d’inutilité, de vide, de gêne et de colère mêlés.

Nous sommes donc dans l’est du Congo, une des régions les plus pauvres du monde. Des Européens, des blancs, des humanitaires, viennent dans ces terres, parfois riches, mais essentiellement misérables, pour « aider » – on dit aussi « coopérer ». Aider au développement, aider à la survie, à l’éducation, à la culture… Raul, un économiste franco-espagnol, se rend compte que les fonds de son projet provoquent une grande tentation chez ses collègues congolais, mettant ainsi leur étude sur les groupes rebelles en danger. Peter, d’Allemagne, lutte pour préserver son identité de travailleur humanitaire à l’âge de la retraite après 30 ans en Afrique. Et la relation de la jeune belge Anne-Laure est éprouvée lorsque son copain congolais, après un séjour en prison, devient un critique du régime. Congo Calling ne s’arrête pas à la façon dont les coopérants étrangers doivent se dépatouiller de chocs culturels inconciliables Le film raconte les sentiments ambivalents de ces trois anti-héros à un moment de fracture. Face aux barrières qu’ils ne parviennent pas à faire tomber. La tentation du renoncement devant des responsabilités de plus en plus lourde à porter – et en filigrane l’absence totale de perspectives pour eux-mêmes.

Trois perspectives profondément personnelles sur la coexistence et la coopération entre l’Europe et l’Afrique – et la question : dans quelle mesure l’aide au développement est-elle utile ?