LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



DES IDIOTS ET DES ANGES

(IDIOTS AND ANGELS) Bill PLYMPTON - film d'animation USA 2008 1h18mn VOSTF - Mention spéciale au Festival d'Annecy 2008.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DES IDIOTS ET DES ANGESL'étonnant et détonant Bill Plympton (petit rappel : L'Impitoyable lune de miel, Les Mutants de l'espace, c'est lui) est de retour sur nos écrans avec son univers barré, son humour noir et acide, et ses dessins déjantés. Ce franc-tireur artisan réalise ses films d'animation en toute indépendance et gère ses projets de A à Z, du scénario à l'animation en passant par le graphisme, même s'il est aidé bien sûr par de fidèles et talentueuses petites mains. Au pays de Mickey, il croque avec mordant une société bien loin de celle proposée par Disney et consorts. Après avoir dépeint les années lycées style « Grease sous amphet' » dans Hair High, il revient avec un magnifique film plus poétique, plus lyrique, mais toujours aussi corrosif, sur le combat ancestral du bien contre le mal. Plympton contrôle sa fureur pour nous livrer un conte contemporain, sans oublier de lâcher la bête par moments, à notre grande joie.

Angel est un homme seul, égoïste et donc aigri. Tous les jours c'est la même rengaine : il se réveille à heure fixe au son strident du réveil qu'il défonce rageusement. Puis douche grincheuse, petit déjeuner sans goût, et il prend sa bagnole, qu'il conduit brutalement dans des kilomètres d'embouteillage pour rejoindre un bar où il passe une partie de sa journée. Ce lieu terne et gris est tenu par un barman complaisant et par sa femme, qui ne rêve que de s'évader de cette prison en compagnie du prince charmant. Dans un coin, une habituée obèse est ancrée sur sa chaise et ne cesse de glousser. C'est dans cette atmosphère lugubre et enfumée que la vie d'Angel va changer. Un matin, il se réveille de mauvais poil, c'est l'habitude, mais avec des trucs dans le dos qui ressemblent assez à des ailles, et ça c'est nouveau! Il essaie d'abord de les cacher, de les comprimer, de les trancher... refusant ce cadeau divin. Mais à partir de ce moment, le comportement des gens va changer à son égard et leur véritable visage va éclater au grand jour. La bassesse, la cupidité, la traîtrise et la lâcheté des hommes vont prendre toute leur mesure...

Le talent de dessinateur et l'humour explosif de Bill Plympton ne sont plus à démontrer. Mais ici, il signe une œuvre noire pleine d'une poésie et d'un quasi-romantisme auxquels il ne nous avait pas habitués. Son dessin est plus doux, presque harmonieux et en même temps plus sombre. Il a modifié sa technique pour servir ce conte dénué de dialogues mais pas de bruits. La bande son est d'ailleurs excellente et abondante en bons morceaux, de Tom Waits à Pink Martini. Parce que ce bonhomme est une vraie bouffée d'air frais dans le monde de l'animation, on vous le recommande chaleureusement à tous, sans limite d'âge, sauf qu'évidemment ce n'es pas du tout pour les petits. Mais pour les grands, c'est un régal !